Pluie, froid, grisaille… ça y est, l’hiver a bel et bien commencé !

L’hiver, pour le meilleur et pour le pire.

Il y a cette fin de mois de décembre si festive avec tant de marques de chaleureuse affection à venir : retrouvailles familiales, longs repas animés, cadeaux échangés, cris de joie des petits enfants. Nous voulons faire le maximum pour profiter de nos proches. Nous en avons tant besoin pour le moral !

 

Alors ne gâchons pas ces moments si précieux.

Car, nous le savons bien, l’hiver apporte aussi son lot d’infections en tout genre : grippe, rhumes, bronchites qui s’invitent avec nos visiteurs ou que nous leur transmettons sans le savoir.

A l’approche des fêtes, il est crucial de se préserver. Comprenons comment les infections fonctionnent et sachons les éviter. Des solutions simples et naturelles existent, les voici.

 

Personne grippée

 

Les infections nous assaillent constamment

Virale ou bactérienne, les infections ont pour malheureux point commun d’être excessivement contagieuses et omniprésentes.

La grippe se transmet par simple inhalation de gouttelettes de salive, de postillons ou d'éternuements émis par une personne infectée. C’est ainsi que les jeunes enfants attrapent les maladies de leurs camarades à l’école ; puis l’enfant malade transmet la maladie à sa famille.

La contamination peut aussi se faire par contact direct avec des objets qui ont été touchés par une personne malade. Ce mode de contamination explique la facilité avec laquelle les personnes s’infectent dans les transports en commun, particulièrement lorsqu’ils sont bondés.

 

Autre point important : la période de contagion.

Elle s’étend du jour précédant l’apparition des symptômes, et se prolonge jusqu’à sept jours après. Chez les enfants et les sujets immunodéprimés* (nous y reviendrons plus loin) la durée de contagion est même plus longue. 

Le premier jour, le malade ne sait pas encore qu’il est contagieux et il est particulièrement dangereux puisqu’il ne prend aucune précaution vis-à-vis de son entourage. 

 

Notre système immunitaire est-il assez robuste pour résister ?

Les précautions d’usage (se laver régulièrement les mains ; préparer les repas en suivant les règles d’hygiène ; éviter les contacts proches avec des malades) ne suffisent pas toujours.

Lorsque l’infection est là, c’est notre système immunitaire qui la combat. C’est grâce à lui que nous ne sommes pas systématiquement contaminés au contact d’une infection.

Seulement, nous sommes inégaux en matière d’immunité. De fait, les enfants et les personnes immunodéprimées sont les plus exposées au risque de contagion.

 

Personnes immunodéprimées : qui sont-elles ? Êtes-vous concernées ?

Personnes âgées, victimes de maladies chroniques et aiguës, toute personne soumise à un stress quotidien, à une fatigue intense : tous ces facteurs entament les réserves de l’organisme et affaiblissent le système immunitaire… et peuvent faire de nous des sujets immunodéprimées, de façon passagère ou durable.

C’est ainsi que pendant les fêtes, la fatigue, le stress, les contacts prolongés entre jeunes enfants et personnes âgées sont autant de facteurs qui décuplent les risques de contagion.

 

Un système immunitaire robuste est la clef pour éviter de tomber malade.

La bonne nouvelle est qu’il est possible de renforcer notre système immunitaire de façon naturelle. Nous verrons comment faire plus loin.

 

Evitons le piège des antibiotiques

Aujourd’hui encore, la solution est trop souvent de recourir aux antibiotiques en cas d’infection, que l’infection soit d’origine bactérienne ou virale (par simple précaution, au cas où une bactérie apparaitrait à la suite du virus).

C’est ainsi que la France consomme 30% plus d’antibiotiques que la moyenne européenne (1).

Les souches de bactéries deviennent résistantes aux antibiotiques : elles ont entrainé, selon un rapport de 2015, près de 12 500 décès rien qu’en France (2).

C'est le cas des antibiotiques bêta-lactames, une classe d'antibiotiques qui comprend les dérivés de la pénicilline, les céphalosporines, les monobactames, les carbapénèmes et les inhibiteurs de la bêta-lactamase.

Ainsi, demain, il y aura des maladies courantes, celles que l’on attrape dans les transports en commun, ou chez des amis, que les antibiotiques ne pourront pas stopper.

 Evitons les antibiotiques !

Mais il y a pire.

Les antibiotiques détruisent nos «bonnes» bactéries : celles présentes dans la flore intestinale.

Le résultat, dramatique, est que la flore intestinale qui est le coffre-fort de notre système immunitaire, ne devient plus qu’un champ libre dans lequel la bactérie résistante va se développer et devenir dominante.

Non seulement, les antibiotiques seront de moins en efficaces sur nous, mais de plus, leur surconsommation accélère la dégradation de notre système immunitaire.

Il est donc urgent de trouver d’autres solutions que les antibiotiques pour résister aux maladies courantes.

 

La solution la plus naturelle est de renforcer votre système immunitaire.

La robustesse du système immunitaire découle d’abord d’un mode de vie sain.

Un peu d’exercice : marche, vélo, gymnastique. Si vous n’en avez pas déjà l’habitude, commencez avec des amis, ou dans une salle de sport. Une fois le pli pris, l’exercice physique deviendra un plaisir.

Un minimum de sommeil, car les nuits trop courtes rendent notre corps fragile. Evitez les excitants avant de vous endormir, comme regarder des écrans, télévision ou ordinateur dont la lumière « bleue » vous tient éveillé, sans vous en rendre compte.

Cependant, si vous n’arrivez pas à suivre régulièrement ces conseils, vous n’êtes pas pour autant condamnés à subir toutes les infections qui passent.

 

Il existe certains actifs naturels puissants pour renforcer votre système immunitaire.

Bien connue des indiens d’Amérique, l’Echinacée est une plante médicinale traditionnellement utilisée comme remède naturel pour ses puissantes vertus anti infectieuses et anti inflammatoires. Les nombreux bienfaits observés empiriquement par la pharmacopée indienne ont été confirmés a posteriori par des études scientifiques (3)-(4)-(5)-(14).

Plus proche de nous, le Zinc dont regorge les huîtres qui feront le régal de nos repas de fêtes cette fin d’année ! Les études (11) démontrent que la consommation régulière de zinc réduit les symptômes dus au rhume et empêche les virus de se fixer dans les voies nasales.

Le système immunitaire est également stimulé avec de la Vitamine C, bien connue pour doper la fabrication des lymphocytes T (15). Elle est présente en cette saison dans les choux vert frisé, choux rave, choux de Bruxelles.

 

Une formulation naturelle complète pour armer votre système immunitaire

 

solimmunNotre formulation Solimmun contient des extraits végétaux fortement titrés en principes actifs complémentaires : deux espèces d'échinacée, baie de cassis, racine d'Astragale.

Cette formulation est renforcée par du Zinc et de la Vitamine C naturelle qui contribuent au bon fonctionnement du système immunitaire, mais aussi de Bêta-glucanes qui renforcent spécifiquement le système immunitaire au niveau des intestins (un des lieux les plus importants de notre immunité) (10).

Ces actifs naturels vous permettent de lutter contre la grippe et les rhumes.

 

L’Echinacée pourpre, l’astragale, le cassis et les bêta-glucanes ont une capacité scientifiquement démontrée pour stimuler de manière importante l’immunité. Leur action vous protège :

- des rhinovirus et coronavirus (les agents responsables pour les rhumes)

- de l’influenza (le virus qui cause la grippe)

 

  • Les Echinacées ont en outre une action apaisante sur les voies respiratoires.
  • Le Zinc permet de réduire la durée et les symptômes du rhume (toux, maux de tête, nez bouché) et une consommation régulière diminue leur incidence. Le zinc est essentiel pour le bon fonctionnement du système immunitaire (11).
  • La Vitamine C diminue la durée d’un rhume soudain mais également son incidence particulièrement en cas de froid et d’activité physique (15).

 

Chaque extrait est présent dans Solimmun sous sa forme la plus efficace.

Solimmun contient exclusivement des extraits hautement titrés en principes actifs et hautement assimilables qui ont démontrés scientifiquement leurs effets thérapeutiques.

 

Par ailleurs, les échinacées recèlent une grande diversité de substances actives sur l’immunité (polysaccharides, alkylamides, dérivés de l’acide caféique, acides phénoliques…) (6) (7).

Ces substances se trouvent dans différentes espèces d’échinacées mais aussi dans différentes parties de la plante.

Afin de vous faire bénéficier de l’étendue des vertus des échinacées, Solimmun contient différents extraits complémentaires et des extraits standardisés pour chacun des principes actifs des racines et des feuilles d’Echinacea purpureamais aussi un extrait breveté de racine d’Echinacea angustifolia radix (8).

 

L'Astragalus membranaceus est utilisée en médecine traditionnelle chinoise (MTC) comme tonifiant pour prévenir les rhumes. Etudiée scientifiquement depuis, on a trouvé qu’elle contenait des polysaccharides caractéristiques capables de renforcer le système immunitaire s’ils étaient suffisamment concentrés (9). C’est pourquoi l’extrait d’Astragale de Solimmun est standardisé à 16% avec ces polysaccharides.

 

L’extrait de Cassis a démontré dans une étude in vitro un effet contre le virus de la grippe (12). Mais il ne faut pas choisir n’importe quel extrait. En effet, cet effet n’est optimal que si l’extrait est standardisé en anthocyanosides, une substance active avec un effet antiviral. Solimmun contient un extrait de baie de Ribes Nigrum, standardisé à 15% d’anthocyanosides afin de garantir une bonne efficacité (13).

 

Tous les bêta-glucanes n’ont pas la même efficacité. Il a été démontré que les plus actifs sont plus spécifiquement les bêta-1,3/1,6-glucanes issus des champignons et des levures, dont Saccharomyces cerevisiae (levure de boulangerie). C’est pour cela que nous avons choisi cette source particulièrement efficace pour Solimmun.

 

Le Zinc permet plus spécifiquement d’empêcher les virus de se fixer dans les voies nasales. Mais pour que cette supplémentation en Zinc soit efficace, il faut qu’il soit correctement assimilé ; c’est pour cela que le Zinc de Solimmun est sous forme de monométhionine de Zinc pour une meilleure absorbabilité comparé aux formes le plus souvent proposé dans les compléments alimentaires.

 

La Vitamine C de Solimmun est 100% naturelle et facilement assimilable car issue d’un extrait standardisé d’acérola. La particularité de cette Vitamine C naturelle est d’être entourée de bioflavonoïdes permettant une meilleure absorption par l’organisme.

 

Conseil d’utilisation

Notre formule Solimmun se présente sous forme de capsules végétales : 2 capsules par jour à prendre pendant 8 semaines (2 mois) de préférence avant le petit-déjeuner (hors recommandation particulière de votre professionnel de santé).

Pour plus d’efficacité, il est conseillé après une cure de deux mois de suspendre votre traitement de Solimmun pendant une période de 4 semaines (1 mois) avant de démarrer une nouvelle cure. En effet, les traitements à base d’échinacée sont plus efficaces en cure interrompue.

Solimmun est préconisé en particulier si vous vous sentez fatigué, si vous avez déjà des débuts de rhume ou de grippe, avant que votre système immunitaire flanche pour de bon.

Noël et les Fêtes de fin d’année approchent. Ne tombons pas malade au milieu de notre famille et de nos amis. Il est encore temps de remettre notre système immunitaire en forme pour la fin de l’année !

 

Pour commandez vos boîtes de Solimmun, il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous :

Je commande maintenant Solimmun  (100% garantie : satisfait ou remboursé)

 

Références scientifiques

 

1 Consommation d’antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d’une mobilisation déterminée et durable. Bilan des données de surveillance, 17 novembre 2015

2 Morbidité et mortalité des infections à bactéries multi-résistantes aux antibiotiques en France en 2012. Étude Burden BMR, rapport - Juin 2015. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2015. 21 p.

3 Shah SA, Sander S, White CM, Rinaldi M, Coleman CI. Evaluation of echinacea for the prevention and treatment of the common cold: a meta- analysis. Lancet Infect Dis 2007; 7(7):473-80.

4 Jawad M, Schoop R, Suter A, Klein P, Eccles R. Safety and Efficacy Profile of Echinacea purpurea to Prevent Common Cold Episodes: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial. Evid Based Complement Alternat Med. 2012;2012:841315.

5 Barnes J, Anderson LA, Gibbons S, Phillipson JD. Echinacea species (Echinacea angustifolia (DC.) Hell., Echinacea pallida (Nutt.) Nutt.,Echinacea purpurea (L.) Moench): a review of their chemistry, pharmacology and clinical properties. J Pharm Pharmacol 2005; 57(8):929-54.

6 Mudge E, Lopes-Lutz D, Brown P, Schieber A. Analysis of alkylamides in echinacea plant materials and dietary supplements by ultrafast liquid chromatography with diode array and mass spectrometric detection. J Agric Food Chem 2011; 59(15):8086-94.

7 Chicca A, Raduner S, Pellati F, Strompen T, Altmann KH, Schoop R, Gertsch J. Synergistic immunomopharmacological effects of N-alkylamides in Echinacea purpurea herbal extracts. Int Immunopharmacol 2009; 9(7-8):850-8.

8 Morazzoni P, Cristoni A, Di Pierro F, Avanzini C, Ravarino D, Stornello S, Zucca M, Musso T. In vitro and in vivo immune stimulating effects of a new standardized Echinacea angustifolia root extract (Polinacea). Fitoterapia 2005; 76(5):401-11.

9 Chen CJ, Li ZL, Fu Q, Liu Y, Lei X, Wu HC, Liu YF. Effect of Astragalus polysaccharides on the phenotype and functions of human dendritic cells in vitro. Nan Fang Yi Ke Da Xue Xue Bao 2009; 29(6):1192-4.

10 Volman JJ, Ramakers JD, Plat J. Dietary modulation of immune function by beta-glucans. Physiol Behav 2008; 94(2):276-84.

11 Singh M, Das RR. Zinc for the common cold. Cochrane Database Syst Rev 2011; (2):CD001364.

12 Knox YM, Suzutani T, Yosida I, Azuma M. Anti-influenza virus activity of crude extract of Ribes nigrum L. Phytother Res 2003; 17(2):120-2.

13 Knox YM, Hayashi K, Suzutani T, Ogasawara M, Yoshida I, Shiina R, Tsukui A, Terahara N, Azuma M. Activity of anthocyanins from fruit extract of Ribes nigrum L. against influenza A and B viruses. Acta Virol 2001; 45(4):209-15.

14 Schoop R, Klein P, Suter A, Johnston SL. Echinacea in the prevention of induced rhinovirus colds: a meta-analysis. Clin Ther 2006; 28(2):174- 83.

15 Nahas R, Balla A. Complementary and alternative medicine for prevention and treatment of the common cold. Can Fam Physician 2011; 57(1):31-6.

 

Cette article veut vous informer et n’est en aucun cas un avis médical.

Il ne substitue pas à un professionnel de la santé, et ne peut être utilisée pour faire un diagnostic ou une préconisation médicale.

Nos compléments alimentaires sont reconnus pour leur haute qualité mais ne sont pas des médicaments. Ils ne remplacent pas une alimentation variée et équilibrée et un mode de vie sain.