Infections urinaires : un scénario malheureusement classique.

Des symptômes bien connus
 
Ça commence par une envie fréquente d’uriner alors que la vessie est presque vide…
 
…et se poursuit avec des brûlures croissantes dans le bas-ventre ; à la limite du supportable lors de la miction, accompagnées parfois de fièvre.
 
On a envie d’aller aux toilettes mais on n’ose plus, tellement c’est douloureux.
L’urine est trouble et malodorante.
 
L’infection urinaire est là, dans votre vessie (cystite) et, vous le savez, il faut réagir vite, avant qu’elle ne remonte dans les reins où elle pourrait causer des dommages irréversibles.
 
Pourtant, vous suivez sûrement les précautions de base !
 
Les principes de prévention basiques (mais bons à rappeler)
  • On ne le répète pas assez, il faut boire beaucoup : c’est mécanique, les urines nettoient l’appareil urinaire en évacuant les bactéries nocives, avant qu’elles ne se fixent sur les parois.
  • Prendre régulièrement des probiotiques, mais pas n’importe lequel : il faut évidemment que ces probiotiques agissent contre les responsables de la cystite.
C’est le cas de notre puissant symbiotique SOLBIOTIC (7 souches de probiotiques + un pré-biotique) :
Il détruit Escherichia Coli mais aussi Candida Albicans, les 2 types d’organismes vivants nocifs qui prolifèrent dans votre système digestif :

- Escherichia Coli, une bactérie responsable de 90% des infections urinaires,
- Candida Albicans, un champignon responsable de 5% des infections urinaires.
 
  • A la selle, s’essuyer d’avant en arrière pour éloigner les bactéries de leur lieu de prédilection.
  • Faire pipi dans les 15 minutes qui suivent un rapport sexuel.
  • Faire sa toilette intime régulièrement avec un produit dédié.
  • Ne pas dormir en sous-vêtement, ces derniers favorisant la prolifération bactérienne.
 

Mais pour les 25% de femmes sujettes aux infections à répétition, ça ne suffit pas…

 
1 femme sur 4 prend des antibiotiques plusieurs fois par an à cause d’une infection urinaire.
 
La cystite est la 2ème source de prescription d’antibiotiques chez la femme (1).
Pas étonnant que la bactérie responsable de 95% des infections (Escherichia coli) ait développé une résistance à certains antibiotiques* !
 

Les prises répétées d’antibiotiques rendent les femmes encore plus vulnérables aux infections !


Le cercle vicieux est quasi infernal : les prises répétées d’antibiotiques fragilisent la flore intestinale.
La flore étant de mauvaise qualité, les organismes vivants nocifs présents dans l’intestin sont de moins en moins bien régulés… et les infections de plus en plus fréquentes.
Ce pourquoi la prise d’un probiotique adapté (comme SOLBIOTIC) est si importante pendant et après une antibiothérapie, et en prévention de façon générale pour les sujets sensibles.
 

Comment limiter les antibiotiques ?

En agissant en amont, par la nutrition.

 
SOLBERRY, un remède naturel unique en France
 
SOLBERRY est un complément alimentaire agissant en prévention et en traitement de l’infection urinaire
 
SOLBERRY une synergie unique de trois extraits :
 
1/ Un extrait de Canneberge (Pacran®), qui est le seul au monde à protéger 24h sur 24 contre les bactéries,
2/ Un extrait innovant de fleurs d’Hibiscus (UtiRose), qui tue directement les germes pathogènes,
3/ De la vitamine C, qui rend l’urine toxique pour les bactéries.
 

1/ SOLBERRY contient le seul extrait de Canneberge (Pacran®) qui protège 24h/24

 
Dans 90% des cas, l’infection urinaire survient à cause de la bactérie Escherichia Coli.
 
Présente dans l’intestin, cette bactérie peut descendre dans les selles : un simple geste quand on s’essuie suffit à amener cette bactérie au niveau de l’urètre (donc au niveau de la sortie).
 
Elle remonte alors dans la vessie où, grâce à une multitude de bras (les fimbriae), elle s’accroche et prolifère sur les parois du système urinaire et finit par le recouvrir progressivement de ce qu’on appelle un biofilm.
 
C’est ce biofilm qui dégénère en infection (suscitant démangeaisons puis douleurs).
 

Pourquoi les solutions classiques à base de Canneberge sont inefficaces ?

 
Connue pour empêcher la bactérie responsable de prospérer, l’efficacité des formes couramment commercialisées est médiocre : en jus ou en extrait, ils n’agissent que quelques heures par jour.
 
La Canneberge contient de puissants antioxydants : les Proanthocyanidines (PACs)
 
C’est la nature de ces PACs qui les rend uniques: ce sont des PACs de type A, capables d’empêcher les bactéries d’adhérer aux parois du système urinaire et de former le biofilm à l’origine de l’infection et des douleurs.
 
Au contraire des PACs / antioxydants de type B contenu dans le chocolat, les pommes, le raisin, n’ont pas ces propriétés.
 
On a longtemps considéré la dose de 36mg de PACs de Canneberge nord-américaine (Vaccinium Macrocarpon) / jour comme le graal en matière de prévention des infections urinaires.
 
Cette dose a été établie sur trois critères :
  • Il équivaut à une consommation quotidienne d’un verre de 30cl de jus de canneberge pure (2)
  • Un verre de jus de canneberge contient 36 mg de PACs (3)
  • Les PACs ont été identifiés comme les principes actifs empêchant la formation du biofilm de bactéries à l’origine des infections (4)
 

Quand nous avons développé SOLBERRY, nous avons noté 2 problèmes avec la  Canneberge :

 
Problème n°1 : boire un verre de Canneberge pur par jour est un régime impossible à suivre pour la plupart des femmes. La Canneberge est très acide et il n’est pas toujours facile de s’en procurer.
 
On pourrait s’en sortir avec un complément dosé à 36mg de PACs / jour, mais cela ne règle pas le second problème :
 
Problème n°2 : l’action antimicrobienne des extraits à 36 voire 40 mg de PACs ne dure que 6 à 12h, ce qui laisse entre 12 et 18h aux bactéries pour proliférer en toute impunité !
 

Notre extrait de Canneberge Pacran® concentre les principes actifs de l’intégralité de la plante.

 
Comme souvent, le secret d’une efficacité accrue ne réside pas dans un unique principe actif  – les proanthocyanidines (PACs) – mais dans l’intégralité de la plante : la baie de Vaccinium macrocarpon. 
 
En effet, il y a également :
deux autres types de flavonoïdes / antioxydants de type A (flavonolesanthocyanines) en plus des proanthocyanidines,
- mais aussi des triterpénoïdes, des catéchines et d’autres polyphénols qui contribuent tous à son action.
 
C’est cette richesse et la synergie de leurs actions qui permet une efficacité sans égal.


L'extrait de Cranberry de solberry contient l'intégralité des principes actifs
 

Comment notre extrait de Canneberge Pacran® fonctionne-t-il ?

 
Les bactéries se fixent sur les parois du système urinaire grâce à des sortes de bras (fimbriae) puis forment un biofilm qui dégénère en infection.
 
Les principes actifs de notre extrait Pacran® viennent se fixer sur les « bras » (fimbriae) des bactéries avant qu’elles ne puissent se fixer sur les cellules.
 
Ainsi, les bactéries nocives restent dans les urines et sont donc éliminées naturellement.

Mécanisme d'action de notre extrait de Cranberry


L’extrait de Canneberge contenu dans SOLBERRY vous protège 24h sur 24.

 
Une étude scientifique a comparé l’efficacité d’une dose quotidienne d’un extrait standardisé à 36mg de PACs et 500 mg Pacran®, l’extrait et le dosage que nous avons sélectionné pour Solberry (5).
 
On constate qu’avec un extrait standardisé à 36mg de PACs, le système urinaire n’est plus protégé au bout de 9 à 12h !
 
Notre extrait se diffuse plus progressivement dans l’organisme et reste donc actif beaucoup plus longtemps, permettant d’être protégé 24h sur 24.

Activité anti-adhésion de solberry versus extrait à 36mg PACS 


2/ SOLBERRY contient un extrait de fleur d’Hibiscus qui tue directement les germes pathogènes

 
L’Hibiscus sabdariffa (Oseille de Guinée ou Roselle) appartient à la famille des Malvacées.
 
L’extrait de fleurs d’Hibiscus sélectionné pour SOLBERRY contient des substances antibactériennes, notamment le flavonoïde appelé gossypetine qui détruit les agents pathogènes : la bactérie Escherichia Coli comme le champignon Candida Albicans, permettant de décontaminer efficacement les voies urinaires.
 
La bactérie Escherichia Coli étant responsable de 90% des infections et le champignon Candida Albicans de 5%, notre extrait permet de combattre près de 95% des infections urinaires.
 
Puissante efficacité de la fleur d’Hibiscus :
  • Lors d’une étude effectuée sur 40 femmes présentant des infections urinaires à répétition, notre extrait a permis de réduire de 77% le nombre d’infections urinaires, avec une nette amélioration du confort (8).
  • Afin de mimer une infection urinaire, une étude in vitro a reproduit un milieu de culture liquide contenant 28 millions de bactéries Escherichia Coli et 16 millions du champignon Candida Albicans. Puis notre extrait de fleurs d’Hibiscus a été introduit.
Au bout d’une semaine, 100% des bactéries Escherichia Coli avait disparu et il ne restait que 6300 souches du champignon Candida albicans.
 

3/ SOLBERRY contient de la vitamine C : toxique pour les bactéries

 
La vitamine C permet de fabriquer une substance toxique pour les bactéries.
 
Pendant une infection urinaire, les bactéries produisent des nitrites. La vitamine C convertit ces nitrites en oxyde nitrique, une substance toxique pour les bactéries (9).
 
Cette action est aussi démontrée chez des femmes enceintes sujettes aux infections urinaires dans une étude en double aveugle contre placebo : avec seulement 100 mg par jour de supplémentation en vitamine C, les infections urinaires sont réduites d’un peu plus de 50% (10) !
 
SOLBERRY contient 180 mg de vitamine C, une dose largement supérieure afin de maximiser les effets protecteurs.
 

Les 3 principaux niveaux d’actions de SOLBERRY :

 

  • Action n°1 : Anti-bactérienne : SOLBERRY détruit directement les germes pathogènes responsable de 95% des infections  => Jusqu’ à 100% de bactéries rendues inactives au bout d’une semaine de traitement
  • Action n°2 : Anti-fixation : SOLBERRY empêche les germes pathogènes de se fixer sur les parois du système urinaire => Protection 24h sur 24 contrairement aux extraits de Canneberge traditionnels
  • Action n°3 : Acidification des urines : la Canneberge, l’Hibiscus et la Vitamine C participent à acidifier les urines. Cela pour effet de participer àstopper la prolifération des germes pathogènes
 
Trêve d’explications ! Voici résumé le mode d’emploi naturel pour se prémunir contre la cystite :
 

Mode d’emploi naturel pour éviter 95% des infections urinaires :

 
1/ On agit à la source en consommant des probiotiques pour nettoyer le système digestif des bactéries et champignons :
 
=> 1 capsule / jour de SOLBIOTIC (20 milliards de CFU + prébiotique), le matin avant le petit déjeuner
 
2/ On désinfecte son système urinaire en tuant les bactéries et en les empêchant de former le biofilm infectieux :
 
=>2 capsules de Solberry / jour avant un repas

3/ On boit au moins 1,5 litre d’eau par jour.



Commandez dès maintenant !

Solberry




Références scientifiques
  1. D. Elkharrat, L. Arrouy, F. Benhamou, A. Dray, J. Grenet, A. Le Corre Épidémiologie de l’infection urinaire communautaire de l’adulte en France
  2. “Reduction of Bacteriuria and Pyuria After Ingestion of Cranberry Juice,” Jerry Avorn, MD; Mark Monane, MD. MS, Jerry H. Gurwitz, MD; Robert J. Glynn, PhD; lgor Choodnovskiy; Lewis A. Lipsitz, MD, JAMA, March 9, 1994 - Vol 271, No. 10
  3. “Analysis and Standardization of Cranberry Products,” Cunningham DG, Vannozzi S, O'Shea E, and Turk R. 2002 American Chemical Society p. 151- 166
  4. “The structure of cranberry proanthocyanidins which inhibit adherence of uropathogenic PFimbriated Escherichia coli in vitro,” Lai Yeap Fooa,*, Yinrong Lua, Amy B. Howellb, Nicholi Vorsa, Phytochemistry 54 (2000) 173-181
  5. Bacterial Anti-adhesion Activity of Human Urine: Pacran® Capsule vs. TheraCran® Capsule Consumption, Howell, Rutgers University
  6. Sengupta K, Alluri KV, Golakoti T, Gottumukkala GV, Raavi J, Kotchrlakota L, Sigalan SC, Dey D, Ghosh S and Chatterjee A. A randomized, double-blind, controlled, dose dependent clinical trial to evaluate the efficacy of a proanthocyanidin standardized whole cranberry (Vaccinium macrocarpon) powder on infections of the urinary tract. Curr Bioact Comp 2011(7): 1–8.
  7. Emilie Fromentin, Jitka Vostalova, Ales Vidlar, Adela Galandakova, Jana Vrbkova, Jitka Ulrichova, Vladimir Student and Vilim Simanek.A randomized, double-blind, placebo-controlled clinical trial to investigate the efficacy of cranberry fruit powder (Pacran®) in the prevention of recurrent urinary tract infection in women. April 2014 vol. 28 no. 1 Supplement 639.4
  8. Prevention of recurrent cystitis in women double-blind, placebo-controlled study of Hibiscus Sabdariffa L extract, » - Pr. Allaert F.A, Lettre de l’Infectiologue, Tome XXV, N°2, mars-avril 2010
  9. Carlsson S, Wiklund NP, Engstrand L, Weitzberg E, Lundberg JO. Effects of pH, nitrite, and ascorbic acid on nonenzymatic nitric oxide generation and bacterial growth in urine. Nitric Oxide. 2001 Dec;5(6):580-6.
  10. Ochoa-Brust GJ, Fernández AR, Villanueva-Ruiz GJ, Velasco R, Trujillo-Hernández B, Vásquez C. Daily intake of 100 mg ascorbic acid as urinary tract infection prophylactic agent during pregnancy. Acta Obstet Gynecol Scand. 2007;86(7):783-7.
*(β-lactames et fluoroquinolones).
 
 

Attention !
Cet article veut vous informer et n’est en aucun cas un avis médical.
Il ne substitue pas à un professionnel de santé, et ne peut être utilisé pour faire un diagnostic ou une préconisation médicale.

Nos compléments alimentaires sont reconnus pour leur haute qualité mais ne sont pas des médicaments. Ils ne remplacent pas une alimentation variée et équilibrée et un mode de vie sain.