Tous les dix ans environ, notre squelette est renouvelé grâce à la vitamine D.

 Le corps humain détruit et fabrique en permanence de la masse osseuse.

Indispensable à notre squelette, la vitamine D permet l’absorption et le métabolisme du calcium et du phosphore dans les os et le renforcement musculaire.

Nos os sont composés notamment de calcium qui en garantit la solidité. Notre squelette contient au moins 1 kg de calcium dont la vitamine D assure l’absorption !

 

La vitamine D protège des fractures et joue un rôle multi protecteur

Parfaite « maîtresse de maison » : elle est sur tous les fronts…influence plus de 1000 gènes.

En plus de protéger les os et de prémunir les fractures, la vitamine D renforce notre système immunitaire et joue même un rôle préventif et ralentissant dans les maladies auto immunes comme la sclérose en plaques.

 

Des chercheurs finlandais ont par ailleurs révélé un lien entre la carence en vitamine D et le diabète[1].

La vitamine D intéresse également les cancérologues[i], la vitamine D pouvant inhiber la croissance des cellules tumorales.

Les chercheurs s’intéressent aussi à ses effets sur les maladies cardio-vasculaires ou sur la dépression et une étude américaine a montré ses effets sur le cerveau : les personnes âgées auraient ainsi d’autant plus de chances de développer une démence sénile que leur taux de vitamine D est bas. La vitamine D favoriserait en effet le fonctionnement des neurones tout en assurant leur protection.

Via le système sanguin, la vitamine D se rend partout où nous avons besoin d’elle. Et dans presque toutes les cellules de notre organisme, se trouvent des récepteurs pour la vitamine D. Elle influence le métabolisme, la fonction cellulaire et l’expression des gènes.

Le maintien d’un niveau suffisant en vitamine D est crucial afin de conserver un bon état de santé général.

 

La vitamine D est quasi absente de notre alimentation

Présente dans de rares aliments, on la trouve néanmoins sous deux formes :

  • la vitamine D3 – cholécalciférol : se trouve dans certaines sources alimentaires d’origine animale : rien de tel qu’une bonne cuillère d’huile foie de morue pour augmenter votre niveau de vitamine D3 ! Plus généralement, les poissons d’eaux profondes comme le saumon, le macro et le hareng en sont riches.  

 

Ainsi les esquimaux, que ce soit au Canada, en Sibérie ou au Groenland, s’ils sont peu exposés au soleil, évitent les carences en vitamine D par leur seule consommation de graisse de phoque et de baleine !

  • La vitamine D2 – ergocalciférol : issue des plantes, on la trouve dans certains champignons ; les avocats en contiennent également.

L’alimentation ne peut couvrir que 10 à 20 % des besoins en vitamine D  (à moins de consommer 1 kg d’avocat ou 200 grammes de saumon par jour !).

 

C’est le soleil qui offre 90 % des apports nécessaires en vitamine D

La vitamine D est la seule vitamine que notre corps ne produit pas lui-même : le soleil est notre source principale en la matière.

Les rayons UVB dotent notre peau d’un précurseur de la vitamine D – un dérivé du cholestérol qui émerge au niveau de la peau (telles que cortisol, œstrogènes, progestérone et testostérone) – qui lorsqu’il passe dans le sang se transforme dans le foie en vitamine D. Mais c’est seulement dans les reins que la substance devient active.

En effet, quelque en soit l’origine – rayons du soleil, alimentaire ou complément – la vitamine D est biologiquement inerte tant qu’elle n’est pas passée par 2 hydroxylations dans l’organisme.

C’est en ce sens que la vitamine D est mal nommée car, étant produite par le corps, elle ressemble plus en réalité à une hormone.

Une hormone vitale.

 

80% des français sont carencés en Vitamine D

En France, comme dans tout l’Europe du Nord, d’octobre à avril l’incidence des rayons du soleil est trop faible pour permettre à la peau de synthétiser en quantité suffisante la précieuse vitamine…Résultat : 4 personnes sur 5 sont carencées en vitamine D.

Mais la « palme de la carence » revient aux personnes âgées ayant moins l’occasion de sortir qui sont à 98 % carencées en vitamine D ! 

 

Un facteur aggravant : l’âge

Dès 35 ans environ, le corps commence à détruire plus de masse osseuse qu’il n’en fabrique. Le renouvellement osseux ralentit. A partir de 60 ans, le système de production de la vitamine D devient moins performant.

 

Une solution simple et efficace

Une étude effectuée sur 42 000 personnes âgées a prouvé qu’il suffit d’une petite supplémentation quotidienne en vitamine D, pour que les risques de fracture chez la personnes âgée se réduisent de 20% !

 

Êtes-vous carencés en vitamine D ?

La carence en vitamine D est insidieuse et passe souvent inaperçue à ses débuts.

Les symptômes d’une carence en vitamine D sont la fatigue, des douleurs ou une faiblesse musculaire, une sensation d’abattement avec parfois des infections à répétition.

Vous l’aurez compris, il s’agit de symptômes non spécifiques qui peuvent apparaître dans de nombreuses autres maladies. Dans des cas plus avancés et chez les personnes âgées en particulier, il peut y avoir des fractures inexpliquées.

 

Faut-il s’exposer au soleil ?

S’exposer ou pas, telle est la question ! Si notre organisme a besoin des UVB pour synthétiser la vitamine D, ce sont aussi les UVB qui sont responsables du vieillissement de la peau. Le secret ? S’exposer quotidiennement mais pas plus de 10 à 15 minutes.

Car il s’agit de faire des réserves de lumière pendant l’été et jusqu’aux derniers rayons de l’automne pour bien passer l’hiver. On expose ses bras et son visage quelques minutes tous les jours, cela suffit à couvrir nos besoins en vitamine D.  Celle-ci est en effet lipophile, c’est à dire qu’elle est soluble dans les graisses et peut donc être stockée dans les tissus pendant 2 ou 3 mois.

 

Les crèmes solaires empêchent la production de vitamine D

Une crème avec un indice de protection 8 bloque 87 % de la production de vitamine D ! L’astuce : s’exposer 10 à 15 minutes sans protection solaire avant de mettre sa crème solaire.

 

Que penser de la complémentation alimentaire en Vitamine D ?

Eviter les « cocktails vitaminés »

La vitamine D est souvent vendue dans des complexes multivitaminés avec du magnésium, du calcium, du zinc dont on ne manque pas forcément. Attention, donc, de préférer les préparations ne contenant que de la vitamine D et plus précisément de la vitamine D3 ou cholécalciférol qui est plus efficace que la vitamine D2 (ergocalciférol) : si on compare le taux de vitamine dans le sang en cas de supplémentation entre la forme D2 et D3, il y a 70% de vitamine D en plus avec la D3 !

 

La supplémentations « uni dose » : une piètre pratique qui a la vie longue.

Une seule grosse dose en ampoule, à prendre tous les 3 mois par exemple, est moins efficace qu’une légère dose prise quotidiennement qui calque mieux le fonctionnement de l’organisme. En effet, le corps est incapable de stocker cet énorme afflux de vitamine et après un pic sanguin, le taux redescend à la normale et vous retrouvez votre carence.

 

Comprimé ou liquide ?

La vitamine D est liposoluble : ce qui signifie qu’elle se dissout très bien dans un corps graisseux et donc l’huile liquide, mais très mal dans une forme sèche. L’assimilation est donc incomparablement meilleure sous la forme liquide.

Encore faut-il choisir la bonne huile !

Pour cela il existe des huiles support pour la vitamine D, particulièrement appropriées, issues de l’huile de coco qu’on appelle triglycérides à moyenne chaine. Leur particularité par rapport à une huile standard comme le colza est d’être 3 fois plus assimilable, non grossissante et neuro-protectrices. C’est le support idéal.

 

Quelle dose prendre ?

La question revient souvent. Officiellement, c’est 400UI par jour. En pratique, tout la communauté scientifique s’accorde à dire que c’est insuffisant. Une dose raisonnable et suffisante sur le long terme est de 2000 UI par jour. En cas de carence très forte, on peut monter jusqu’à 1000UI pour chaque tranche de poids de 15kg ; ainsi, un adulte de 60kg peut prendre 4000 UI par jour.

 

« Que se passe-t-il si j’en prends trop ? »

Si nous recommandons 2000 UI par jour maximum par jour pour l’immense majorité de la population, c’est parce que le risque de surdosage au long court par des personnes souhaitant bien faire est une réalité ! En prenant trop de vitamine D sur le long terme, on s’expose alors à des risques cardio-vasculaires (AVC). Malheureusement, chez des personnes souhaitant bien faire, on assiste de plus en plus à cette inversion de la courbe bénéfice – risque. Il faut se supplémenter mais de manière raisonnable !

 

Il est donc important de choisir un produit pas trop dosé avec 200 à 400 UI par goutte, quitte à prendre plus de gouttes tous les jours plutôt que de prendre le risque d’arriver au surdosage avec des produits à 1000UI ou il y en a toujours trop qui tombe…

De manière générale, il est important de faire preuve de vigilance quand il est question de complément alimentaire. « Naturel » ne signifie pas forcément sans risques !

Quand prendre un supplément en vitamine D ?

Lorsque les journées sont trop courtes d’octobre à fin avril, et a fortiori au cœur de l’hiver, il est conseillé de prendre un complément de vitamine D.

Plus encore, l’âge venant, une supplémentation quotidienne annuelle est vivement recommandée. Elle permet de renforcer la minéralisation des os, la masse musculaire et surtout d’ensoleiller le quotidien car la Vitamine D joue positivement sur le moral !

Vitamine D3 uniquement ou Vitamine D3 + Vitamine K2 ? 

La Vitamine K2 est une Vitamine extrêmement importante. Elle est absolument essentielle pour fixer le calcium que nous ingérons et donc pour la solidité de nos os.

Il est donc extrêmement important d'en avoir un apport suffisant.

Nous l'avons vu la très grande majorité de la population est carencée en vitamine D mais est ce le cas pour la Vitamine K ?

Pratiquement personne n'est carencé en vitamine K !

La Vitamine K se trouve pour l'essentiel dans les légumes (épinards, bette, endives, salades (chicorée, laitue, romaine) mais aussi dans l'huile de colza qui en est très riche ou même l'huile d'olive.

Les AJR (Apports journaliers Recommandés) sont de 45µg par jour.

Avec une portion d'environ 30g de salade assaisonnée d'un peu d'huile de colza (donc une petite portion), on couvre déjà 100% des besoins quotidiens.

Alors pour peu que l'on consomme une ou deux portions supplémentaires de légumes dans la journée, on atteint, sans difficulté, 200 à 300% des apports.

La bonne nouvelle avec la vitamine K est qu'il n'y a pas de surdosage pour l'organisme !

Nous vous conseillons donc vivement de ne pas acheter de supplément en vitamine K mais plutôt de consommer au moins une fois par jour des légumes, cela vous apportera toute la Vitamine K dont vous avez besoin....et bien plus encore (vitamines, minéraux, fibres et...économies) !

Pourquoi Solvita-D3 est une bonne solution ?

- Dosé à 200 UI par goutte, elle n’est pas trop concentrée, donc toute la famille peut en prendre. 

- Tarif économique avec un rapport qualité prix imbattable. 

- Solvita-D3 contient de la vitamine D3, issue de la lanoline[i].  Elle est émulsionnée sur une huile TCM (triglycérides à chaine moyenne) issue de l’huile de coco pour une assimilation 3 fois supérieure à de l’huile de colza. 

- Son gout est neutre et facile à consommer.

 

Chaque flacon contient 50mL, soit 1550 gouttes, vous êtes tranquille pour deux à trois mois, pertinemment dosé.  

 

Commandez vite Solvita-D3 !    vitamines-solvita-D3

 

1. Alain Fouilhoux, « Rachitisme », La Revue du Praticien, vol. 49,‎ 1999, p. 1679-1684.

2. Marc Gentilini, Médecine tropicale, Flammarion, 1993



[1] Ils ont ainsi suivi 1400 volontaires pendant 20 ans dont 412 ont développé un diabète : les hommes avec un faible taux de vitamine D avaient 72 % plus de risques de développer la maladie.


[i] Les résultats varient bien sûr en fonction des cancers. Et la vitamine D ne constitue pas un remède « miracle », mais elle a des propriétés  indéniables en la matière.`

[ii] Mais, comment met-on le soleil en boîte ?

Grâce à la laine de mouton ! Celle-ci contient en effet une graisse particulière, le suint, sécrétée par les glandes sébacées du mouton, qui rend la laine imperméable. Une fois la laine tondue, la lanoline ou graisse de laine est extraite du suint – Elle était déjà utilisée dans l’antiquité pour soigner les peaux sèches !

Comparée à d’autres produits naturels, la lanoline contient une concentration très forte d’un des précurseurs de la vitamine D. Pour extraire la vitamine D de la lanoline, celle-ci est exposée à un rayonnement UVB. On obtient alors une poudre très concentrée en vitamine D3 qui est diluée avec de l’huile, de l’eau, du sucre et de l’amidon.

L’intérêt de cette vitamine D3 est que tout en étant naturelle, elle est identique à celle que nous produisons naturellement.

 


 Cet article veut vous informer et ne constitue pas un avis médical. En cas de doute, vous devez consulter un médecin.

Solvita-D3 est un complément alimentaire; il ne substitue pas à une alimentation variée et équilibrée et un mode de vie sain.