Douleurs articulaires : l’alcool peut-il en être une cause ?

Par : Guillaume - Catégories : Articulations , Magazine

Quotidiennement ou pour les grandes occasions, la consommation d’alcool reste courante en France. La preuve, selon Santé Publique France, dans l'Hexagone, 11,7 litres d’alcool sont consommés par an et par personne (de 15 ans et plus).

Cette consommation minime, modérée ou excessive d’alcool, persiste avec l'âge si bien que 26 % des 65-75 ans déclarent avoir une consommation quotidienne d’alcool. Cette tranche d’âge, plutôt âgée, est aussi coutumière de douleurs articulaires plus ou moins sévères. Alors, existe-t-il une corrélation entre la consommation d’alcool et la présence de douleurs articulaires ?

Douleurs articulaires ? Qu’est-ce que c’est exactement ?

Avec ses 206 os, ses 640 muscles et ses 400 articulations, l’organisme est comme une montre suisse haut de gamme, millimétrée à la perfection.

Présent en très nombreuses quantités dans le corps humain, les articulations sont des zones de jonctions entre deux extrémités osseuses. Elles permettent principalement d’assurer la mobilité du squelette. Les articulations sont essentielles, sans elles, c’est simple : impossible de bouger ou de se déplacer convenablement. Pour être plus précis, il existe 3 grands types d’articulations :

  • Les synarthroses : aussi appelées jointures fibreuses, les synarthroses sont des articulations fixes. Ces articulations immobiles relient deux os de manière rigide, avec un tissu fibreux.
  • Les amphiarthroses : légèrement mobiles, les amphiarthroses unissent deux surfaces osseuses recouvertes de cartilage. Elles octroient un mouvement limité.
  • Les diarthroses : articulations mobiles dans l’organisme, les articulations synoviales ou diarthrose se caractérisent par une cavité articulaire et une membrane synoviale. Ces articulations sont les plus élaborées de l’organisme humain.

Selon l’institut national de la santé et de la recherche médicale (l’Inserm), près d’1 Français sur 2 souffre de douleurs articulaires, ces problèmes articulaires s'avèrent donc fréquents. 

Les douleurs articulaires se distinguent le plus souvent par une raideur dans l’articulation, un manque de souplesse, des gonflements, des rougeurs et une perte de mobilité… Vaste, le terme “ douleurs articulaires” peut être classé en trois grandes catégories. 

1. Arthrites

Regroupant plus d’une centaine de maladies inflammatoires au niveau des articulations, l’arthrite est un terme médical très répandu. Ayant pour base une infection ou une inflammation de l’articulation, l’arthrite occasionne surtout des douleurs lorsque le corps humain est au repos.

Du grec arthron (signifiant articulation), l’arthrite peut toucher une ou plusieurs parties du corps humain. Le plus souvent ce sont les hanches, les genoux ainsi que la colonne vertébrale qui sont visés par cette inflammation articulaire.

2. Arthroses

Maladie chronique articulaire qui détruit peu à peu le cartilage, l’arthrose se manifeste le plus souvent par des douleurs dites mécaniquesGenoux, hanches, cervicales ou doigts, nombreuses sont les parties du corps victimes de l’arthrose.

Les causes exactes de l’arthrose ne sont pas encore parfaitement connues, pourtant l’arthrose est un véritable problème de société qui touche plus de 10 millions de Français (65 % des plus de 65 ans). Malgré tout, il existe plusieurs facteurs de risque d’arthrose : 

  • Surpoids ou obésité
  • Anomalies anatomiques
  • Traumatismes articulaires
  • Etc.

Vous l’aurez compris, l’arthrite est l’arthrose disposent de différences indéniables, même si elles touchent toutes les deux les articulations du corps humain.

3. Origine traumatique

Cette dernière catégorie, toute aussi répandue, est le plus souvent causée par un choc, un coup, un accident ou une chute. Parmi les origines traumatiques connues, on peut citer les entorses, luxations ou encore les élongations…

L’alcool responsable de douleurs articulaires ?

Véritable plaisir humain, la consommation d’alcool s’accompagne, comme toute bonne chose, de côtés positifs et de côtés négatifs. Les bienfaits de l’alcool divisent le monde scientifique, une prise d’alcool modérée et contrôlée pourrait selon certain scientifique favoriser la santé des consommateurs au niveau cardiovasculaire, diabétique (type 2), articulaires ainsi que cognitifs chez les personnes du troisième âge. Pour d’autres experts, peu importe l’alcool et sa quantité de consommation, elle reste très dangereuse pour le corps humain.

Dans le cas des douleurs articulaires, l’alcool peut avoir un effet négatif ou positif selon sa régularité de consommation. Selon certaines études, une consommation d’alcool modérée pourrait diminuer les risques d’arthrite ainsi qu'apaiser les symptômes de cette même maladie.

Pour justifier ces propos, plusieurs études scientifiques ont été menées. Pour regrouper toutes ses études, une méta-analyse (combinaison de plusieurs analyses scientifiques) portée sur l’effet protecteur de l’alcool sur le développement de la polyarthrite rhumatoïde a été mise en place.

Regroupant neuf études et des milliers d’individus, cette méta-analyse montre un effet protecteur significatif de l’alcool sur le risque de polyarthrite rhumatoïde (maladie inflammatoire chronique des articulations). Bien que limité aux études de cas témoins et que des recherches supplémentaires soient nécessaires, on peut en déduire qu’une prise d’alcool modérée contribue à un effet protecteur sur les articulations.

Une autre étude publiée en février 2002, essaie de répondre à une question simple : la consommation d’alcool dans les maladies rhumatismales est-elle bonne ou mauvaise ? Cette étude réalisée par N. Sofat et A. Keat donne un avis assez négatif sur la consommation d’alcool, prouvant qu’elle favorise la dégradation de l’organisme et facilite l’évolution des maladies rhumatismales.

Alcool et articulations

L’alcool : effet inflammatoire ou anti-inflammatoire ?

Selon certaines recherches, plus ou moins poussées, l’alcool aurait potentiellement un effet anti-inflammatoire sur l’organisme. Cette information peut se révéler exacte, seulement si la consommation d’alcool reste modérée et contrôlée. À l'inverse, une consommation d’alcool excessive s’avère être un élément inflammatoire et donc potentiellement dangereux pour le corps humain. 

Une forte consommation d’alcool non contrôlée pourrait aggraver des affections telles que l’arthrite ou encore la goutte. À cause de leur forte teneur en sucre, certains alcools comme la bière, le cidre, le vin ou encore le champagne, ont pour conséquence la libération de marqueurs inflammatoires (cytokines) dans l'organisme.

Selon une étude menée par le groupe anglais Action on Sugar, certaines boissons alcoolisées pourraient contenir plus de 35-40 g (huit cuillères à café) de sucres. Il est pourtant conseillé de ne pas dépasser les 30 g (sept cuillères à café) de sucres par jour.

Hormis ces potentiels problèmes inflammatoires ainsi qu’articulaires, l’alcool rendrait plus difficile la construction ainsi que la récupération musculaire. Avec le recul, on comprend donc que le problème n’est pas la consommation d’alcool en elle-même, mais la quantité consommée, ainsi que sa prise journalière ou hebdomadaire. Une prise trop excessive d’alcool est dangereuse pour la santé.  

La prise d’alcool doit rester modérée afin de ne pas tomber dans l’excès, car c’est l’excès qui cause une grande partie de ces dégradations dans l’organisme. Une consommation d’alcool trop abusive dérègle le système immunitaire et vient renforcer les problèmes d’arthrite. Face à une maladie chronique articulaire, comme l’arthrose, il est déconseillé de boire de l’alcool. À l’inverse, il est conseillé de boire beaucoup d’eau

Quelle est la bonne consommation ?

Il n’existe pas de consommation parfaite, à suivre absolument. Malgré tout, il est tout de même conseillé de suivre quelques règles vis-à-vis de la consommation d’alcool :

  • Ne pas dépasser un verre par jour pour les consommateurs quotidiens
  • Ne pas dépasser deux verres par jour pour les buveurs occasionnels
  • Essayer d’avoir au minimum 1 ou 2 jours dans la semaine sans alcool
  • Ne pas dépasser les 7 verres par semaines

En modérant au maximum sa consommation d’alcool, les quelques effets bénéfiques pourront faire leur effet sans tomber dans les effets négatifs. Il est également conseillé de boire de l’eau et de ne pas s’abreuver uniquement d’alcool. Il est important de signaler qu’il n’existe pas une consommation d’alcool sans risque et que la modération est de rigueur.

Pour limiter aux mieux les problèmes d'articulation, il est peut-être conseillé de proscrire certains types d’alcool. Par exemple, il est conseillé de limiter la consommation de bière, elle augmenterait le risque de gonarthrose et de coxarthrose. À l'inverse, le vin serait bénéfique ainsi que protecteur pour le genou et la hanche.

Des solutions naturelles contre les douleurs articulaires ?

Pour apaiser l'organisme et le soulager des douleurs articulaires, il existe plusieurs solutions naturelles. L’une d’elle, nommée Solaflex, agit sur les articulations, les os, les tendons, les ligaments, le liquide synovial ainsi que sur le cartilage.

Conçu par le Laboratoire Solage, Solaflex est un complément alimentaire naturel qui à pour but d'améliorer la mobilité de ses consommateurs et de diminuer les douleurs articulaires.

Solaflex est une combinaison de plusieurs actifs naturels. Chacun ayant une utilité bien précise : 

  • Methylsulfonylmethane (composé organique soufré) : pour atténuer et  remédier aux douleurs articulaires.
  • Membrane de coquille d'œuf : pour maintenir la souplesse ainsi que la mobilité des tissus articulaires.
  • Vitamine C : pour ses vertus cardiovasculaires, articulaires, ou encore sur le système immunitaire.
  • etc.

Dans le même sillage, d’autres compléments alimentaires, comme la curcmine optimisée, peuvent s’avérer être des solutions naturelles viables. Hormis les produits de la gamme Solage, il existe d’autres solutions naturelles pour soulager les douleurs articulaires (cures thermales, remèdes à base de plantes…)