Gélules liposomales : Pourquoi ça ne marche pas ?

Gélules liposomales : Pourquoi ça ne marche pas ?

Pourquoi les liposomes en capsules ne marchent pas ?

On peut trouver sur le marché des liposomes sous forme de capsule ou bien sous forme liquide dans des flacons.

Pour un certain nombre d’actifs, la forme liquide n’est pas supérieure en termes de biodisponibilité à la forme sèche, en capsule ou en gélule. Dans le cas des liposomes pour la personne non avertie, il devrait en être de même ; après tout il y a bien écrit « liposomes », « liposomé » ou « liposomal » sur les deux boites, l’efficacité devrait donc être la même !

Et pourtant non. C’est en réalité très simple à comprendre, même pour le non-scientifique, et c’est ce que nous allons découvrir dans cet article.

Pourquoi les liposomes en capsules ne marchent pas ?

À l’origine, les liposomes sont toujours sous forme liquide. À l’aide de diverses techniques (il n’y a pas qu’une seule manière de fabriquer liposomes), on va encapsuler un principe actif au choix dans une sphère constitué de phospholipides, les liposomes.

À ce stade-là, les liposomes nouvellement formés, sont en suspension dans de l’eau, un peu comme de la pulpe dans un jus de fruit.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire notre article expliquant ce que sont les liposomes et leurs bénéfices.

Les faiblesses des liposomes sous forme liquide

La grande faiblesse des liposomes liquide, c’est leur fragilité et leur manque de stabilité à la chaleur, l’oxydation et dans le temps.

Autrement dit, si on les expose à la chaleur, et de toute façon au bout d’un an environ, les liposomes commencent à s’ouvrir ; on se retrouve alors avec une émulsion (un mélange) de phospholipides et de principe actif. Ce n’est pas dangereux, mais on perd tous les bénéfices de la technologie liposomale.

Cela a pour conséquence pour un industriel divers problèmes pour sa rentabilité:

  • Il ne pourra pas fabriquer de grands lots de produit en avance qu'il pourra stocker, chaque flacon aura donc un coût unitaire plus élevé qu'avec les capsules (donc cher),

  • C’est lourd à transporter (donc cher),

  • Cela prend de la place à stocker (donc cher).

Et enfin, du point de vue des clients, les liposomes liquides sont moins pratiques puisqu’il faut les stocker au froid une fois ouvert.

Alors tant du point de vue des fabricants que pour certains consommateurs, le liposome sous forme sèche et mis dans des capsules ou gélules serait l’idéal. Sauf que ça ne marche pas.

Pourquoi les actifs liposomés en gélules ne marchent pas ? Comment sont-ils fabriqués ?

Parmi les produits que l’on va trouver sur le marché, certains relèvent carrément de l’imposture, pour d’autres, il y a eu un effort, mais malheureusement, cela ne fonctionne pas.

Les imposteurs

Il s’agit de gélules dans lesquelles le fabricant s’est contenté de mélanger des phospholipides et le principe actif ; souvent il y a d’ailleurs moins de phospholipides que d’actifs ; cela a le mérite d’être clair, c’est à fuir !

On ne peut en effet pas espérer que le fait de les mélanger ensemble vont permettre de spontanément créer des liposomes dans votre organisme.

Ce serait comme vouloir se préparer une recette de cuisine et pour cela acheter tous les ingrédients, les mettre dans un plat et dire que c’est prêt, sans avoir cuisiné !

Ce qui ont fait un effort mais insuffisant

Comme on l’a vu, une préparation liposomale, à l'origine, est liquide. Certains ont donc eu l’idée de déshydrater les préparations liposomale (ou bien utiliser la technique du séchage par pulvérisation) dans le but d’en faire de la poudre, un peu comme de la nourriture lyophilisée.

D’un point de vue théorique, c’est une bonne idée, mais malheureusement, cela ne marche pas, car le liposome a besoin d’eau pour exister. En effet, l’eau crée une pression sur le liposome qui lui permet de rester structurellement intègre.

Pour illustrer cela, il faut revenir au « mélange » d’huile et d’eau : si vous versez de l’huile dans de l’eau et que vous remuez énergiquement, vous allez avoir des petites billes sphériques d’huile qui vont spontanément se former.

Mais bien entendu, si vous retirez l’eau, il ne vous reste plus qu’une flaque d’huile. Pour les liposomes, c’est un peu pareil, si on retire l’eau, les liposomes se désintègrent et il ne reste qu’un mélange de phospholipides et de principe actif.

Les poudres liposomales d’un point de vue strictement scientifique n’existent donc pas, ce sont en réalité des poudres lipidiques.

À la différence de la catégorie des imposteurs, on retrouve dans ces préparations les bonnes proportions de phospholipides et de principe actif. Mais… Dedans, il n’y a plus de structures sphériques dont la membrane est formée d’une bicouche de phospholipides, bref de liposomes.

Comparaison entre les liposomes liquides et liposome en capsules : l’étude qui change tout

Une étude a été faite sur la Vitamine C. Les chercheurs ont comparé de la Vitamine C (acide ascorbique) classique en poudre (NL) à de la vitamine C liposomé sèche (PL), à deux autres préparations de vitamine C liposomale, d’un côté celle que nous vendons chez Solage (LLA) et de l’autre celle d’un concurrent (LLB).

Il a été comparé les taux sanguin (plasmatique) après la prise de 1000 mg de Vitamine C.

Et la conclusion est sans appel : la vitamine C liposomale en poudre est celle dont la biodisponibilité était la plus faible ! Encore plus faible que la vitamine C standard en poudre.

La vitamine C liposomale liquide était 12 fois mieux absorbé que celle en comprimé, mais également la forme qui restait détectable dans le sang le plus longtemps.

Comparaison biodisponibilité vitamine C liposomale liquide et vitamine C en capsule

Références : 

  1. Christopher W. Shade - Liposomes as Advanced Delivery Systems for Nutraceuticals - Integr Med (Encinitas) - 2016 Mar; 15(1): 33–36.  
  2. Ashil Joseph, Dinesh Kumar, Abhilash Balakrishnan, Prasanth Shanmughan, Balu Maliakela  and  Krishnakumar IM - Surface-engineered liposomal particles of calcium ascorbate with fenugreek galactomannan enhanced the oral bioavailability of ascorbic acid: a randomized, double-blinded, 3-sequence, crossover study - RSC Advances - 2021 ; Issue 60
  3. Raghu Sinha, Indu Sinha, Ana Calcagnotto, Neil Trushin, Jeremy S. Haley, Todd D. Schell and John P. Richie - Oral supplementation with liposomal glutathione elevates body stores of glutathione and markers of immune function -  Eur J Clin Nutr - 2018 Jan ; 72(1): 105–111.
  4. Abdul Rohim Tualeka, Pudji Rahmawati, Ahsan Ahsan, Syamsiar S. Russeng, Sukarmin Sukarmin and Atjo Wahyu - The Cost Prediction for Chromium Detox Using Foods Intake Containing Glutathione at the Leather Tanning Industry in Magetan, Indonesia - Open Access Maced J Med Sci - 2019 Nov 15 ; 7(21): 3698–3703. 
  5. Jones DP - Natural Medicine Journal - 2011 ; 3(2).
  6. John P Richie Jr, Sailendra Nichenametla, Wanda Neidig, Ana Calcagnotto, Jeremy S Haley, Todd D Schell, Joshua E Muscat - Randomized controlled trial of oral glutathione supplementation on body stores of glutathione - Eur J Nutr ; 2015 Mar;54(2):251-63.

Produits associés :