Tout savoir sur le Glutathion : définition, bienfaits, posologie…

Tout savoir sur le Glutathion : définition, bienfaits, posologie…

Surnommé le «Maître antioxydant», le glutathion a des bienfaits incontournables pour la santé. Derrière son nom relativement complexe se cachent des vertus uniques capables d’améliorer notre qualité de vie au quotidien. 

Mais que représente-t-il vraiment ? Quels sont ses bienfaits ? Comment agit-il sur l’organisme ? Il est temps de tout savoir sur cet antioxydant si précieux. 

Qu'est-ce que le glutathion ?

Découvert en 1888, le glutathion est une molécule présente naturellement dans l’organisme. Cette molécule est également présente dans les plantes, les cellules animales et les champignons. À noter que le glutathion existe sous deux formes : la forme oxydée (GSSG) et la forme réduite (GSH). Seule la forme réduite est antioxydante. Le glutathion est présent en grande quantité, à hauteur de 5 millimoles (unité de mesure internationale utilisée en chimie/physique), dans la plupart des cellules du corps humain.

Le glutathion est produit par le foie et les cellules nerveuses du système nerveux central et est composé de trois acides aminés :  

  1. la L-cystéine, 
  2. la glycine 
  3. L-glutamate

Le glutathion est un antioxydant endogène, c'est-à-dire qu’il est produit par nos cellules. En effet, contrairement à la plupart des antioxydants dits "exogènes" qui proviennent des fruits et des légumes, le glutathion est produit dans les cellules du foie. Cependant, il peut aussi être apporté par l’alimentation ou par des nutraceutiques.  

Composé de 3 différents acides aminés, il agit sur 

  • Les cellules : défense contre les radicaux libres, synthèse et de la réparation de l'ADN…
  • Vitamines C et E : amélioration de la durée de vie et de l’efficacité dans l’organisme. À l'inverse, les vitamines C et E augmentent le niveau de glutathion dans le corps
  • Le système digestif : Limitation des intolérances alimentaires, des inflammations intestinales et des gastrites.
  • Le système immunitaire : Réduction de l’incidence contre les infections bactériennes. Restauration de la capacité des cellules immunitaires. Destruction de certaines bactéries (tuberculose) et microbes. 
  • Les os et le corps : Renforce les os, ralentissement du processus de vieillissement cellulaire et prévention du déclin cognitif lié à l’âge
  • La santé mentale : Lutte contre l’anxiété, la dépression et le stress. Protection contre les TOC et la schizophrénie. Utile contre le trouble bipolaire et aide dans la stabilisation de l’humeur. 
  • Le cerveau : Stimulation de la mémoire, réduction de l'accumulation de plaques…
  • La santé cardiaque : Prévention des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux.
  • Les poumons et voies respiratoires : Réduction des risques de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et des risques de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). Utile contre l’asthme.
  • Le diabète : diminution des risques associés au diabète (lésions cérébrales, cardiaques, etc.)
  • Les reins : Amélioration de la fonction rénale. Diminution du risque d’anémie et prévention des maladies rénales causées par l’aspartame.
  • Le sommeil : Amélioration de la qualité du sommeil.
  • La peau : Réduction de l’acné en neutralisant le stress oxydatif, Favorisation de la régénération de la peau, éclaircissement de la peau. Uniformise l’apparence des taches foncées (vieillissement).
  • Les dépendances : Aide à surmonter les comportements de dépendance (troubles de l’alimentation, abus d’alcool et de drogues). Aide à détoxifier les substances nocives du corps et améliore la fonction hépatique.
  • Les yeux : Protection des yeux (glaucome et cataracte).
  • L'infertilité : Joue un rôle crucial dans les cellules germinales. Implication importante dans le processus de fécondation et de développement précoce de l’embryon.

Concrètement, il sert à éliminer les radicaux libres en agissant sur le cycle de reproduction des cellules et en stoppant le processus d’oxydoréduction. Il aide ainsi à la régulation du système de défenses naturelles et participe au fonctionnement normal du foie et de la vésicule biliaire dans le métabolisme des graisses.

Quels sont ses bienfaits pour l'organisme ?

Puissant antioxydant 

Le stress oxydatif survient lorsqu'il y a un déséquilibre entre la production de radicaux libres et la capacité de l'organisme à les combattre. Bien que l’oxydation soit un processus normal de l’organisme, des niveaux trop élevés de stress oxydatif peuvent être un précurseur de plusieurs maladies, parmi lesquelles figurent :

À cet effet, le glutathion possède de puissantes vertus antioxydantes. Il agit en particulier contre le vieillissement cellulaire en protégeant l’organisme des effets néfastes des radicaux libres, pouvant provoquer les maladies citées plus haut. 

En protégeant les cellules de l’organisme, le glutathion peut être aussi utilisé à des fins cosmétiques. En effet, ce dernier peut être utile pour protéger la peau contre l'apparition des rides précoces et les taches brunes de vieillesse. En agissant sur les radicaux libres, il préserve la jeunesse de la peau tout en réduisant la production de la mélanine.

Élimination des toxines 

L’action du glutathion en tant que barrière contre les toxines n’est plus à prouver. En effet, son potentiel détoxifiant est reconnu et peut être bénéfique à plusieurs égards :

  • Pour éliminer les toxines et métaux lourds présents dans l’environnement et dans l’alimentation (y compris dans le cerveau), 
  • Suite à une prise prolongée de médicaments,
  • En cas de régime alimentaire déséquilibré ou de consommation excessive d’alcool.

En plus de limiter l’accumulation de toxines dans l’organisme, il contribue à leur élimination.  Pour ce faire, il se lie aux toxines issues des xénobiotiques – lesquelles sont présentes dans les métaux lourds, les pesticides, les additifs alimentaires et les médicaments – pour les transformer en composés hydrosolubles (peut être dissout dans l’eau). Ces derniers sont alors éliminés par voie biliaire ou urinaire.

Le glutathion protège le foie

Le glutathion est particulièrement concentré dans le foie, où il protège les hépatocytes des molécules toxiques d'origine exogène ou endogène (générées lors du métabolisme de certains xénobiotiques, comme certains médicaments, par exemple le paracétamol).

Au contact de ces molécules toxiques, le glutathion est éliminé avec ces dernières et doit se régénérer. C’est pourquoi une concentration excessive de substances toxiques dans le foie peut appauvrir les niveaux tissulaires de glutathion, entraînant de graves lésions hépatiques. Sans surprise, en clinique, le glutathion réduit est administré par voie intraveineuse comme antidote direct et "rapide" à l'empoisonnement au paracétamol.

Il pourrait améliorer la fonction digestive

De récentes études menées sur le glutathion ont mis en évidence son rôle sur les fonctions digestives. En effet, son champ d’action concerne également les cas d’intolérances alimentaires et les gastrites. Il agit en cas d’inflammation du système digestif, notamment face à des ulcères de l'estomac, de pancréatite, mais aussi de colite, rectocolite et de maladie de Crohn.

Sous quelles formes prendre du glutathion ?

Le glutathion dispose de 6 formes viables, bien distinctes, qui permettent de laisser le choix aux consommateurs : 

  • Sublingual : Utilisé en homéopathie, la forme sublinguale est un comprimé à placer sous la langue.
  • Liposomal : Disponible en gélule ou sous forme liquide, le glutathion liposomal dispose d’une très bonne assimilation digestive et cellulaire. À noter que seule la forme liposomale liquide fonctionne réellement car les liposomes sont détruits lors de la lyophilisation pour créer la forme sèche en gélule.
  • Gélules classiques : Forme la plus répandue dans l’Hexagone, la forme gélule classique possède une assimilation très faible en raison de sa dégradation dans le système digestif par une enzyme.
  • Gastro-résistantes : conçue pour résister aux acides présents dans l’estomac, elle ne garantit pourtant pas systématiquement une bonne assimilation en raison d’une enzyme qui la détruit.. 
  • Voie intraveineuse : introduit directement dans la circulation sanguine, le glutathion par voie intraveineuse est surtout utilisé pour les personnes atteintes de diverses pathologies (diabète, maladie de Parkinson…).

Parmi cette large palette de choix, le glutathion sous forme liposomal est sans aucun doute la plus optimisée. Notamment grâce à cette fameuse technologie liposomal, qui agit en protégeant le corps contre une enzyme intestinale, nommée la γ-glutamyl transpeptidase. Cette enzyme à pour particularité de dégrader le GSH (glutathion réduit) et donc d’affaiblir l’organisme. Cette protection, offerte par la forme liposomal, a d’ailleurs été prouvée lors d’une étude scientifique, multipliant par 3 en seulement 7 jours le niveau de glutathion plasmatique dans le corps.

Le glutathion liposomé peut se trouver sous forme liquide ou en gélules. Le seul point faible notable de cette formule est son mauvais goût. Cependant, certains produits, comme le glutathion liposomal des Laboratoires Solage, possèdent des formules aromatisées (mangue et fruit du dragon), masquant le goût désagréable, même pour les fins palais.

Quelle posologie ?

Voici la posologie pour du glutathion liposomal liquide, des Laboratoires Solage : 

  • Pour 400 mg de Glutathion réduit liposomal et 800mg de Vitamine C liposomale
  • 10mL par jour, avec le verre doseur, soit environ deux cuillères à café, de préférence le matin avant les repas du matin ou du midi(à jeun)
  • On peut aussi scinder la dose, avec 5mL entre les repas le matin, 15 minutes avant le petit déjeuner et 5 mL le soir, 15 minutes avant le dîner.

Le Glutathion réduit liposomal peut être consommé pur ou dilué dans de l'eau ou un jus de fruit (éviter les boissons chaudes). Il est recommandé d'agiter le flacon avant emploi, de le conserver au réfrigérateur après ouverture et de le consommer dans les deux mois (au-delà, ce n'est pas dangereux, mais les liposomes peuvent perdre en qualité).

Il est tous de même important de savoir qu’en fonction du nutraceutique utilisé, la posologie change. Si vous manquez d'informations sur le sujet, n’hésitez pas à vous renseigner sur le site du concepteur ou rendez-vous en pharmacie.

Quels sont les symptômes d’une carence en glutathion ?

Acteur fondamental dans le bon fonctionnement de l’organisme, il existe 3 facteurs qui permettent de comprendre que le corps subit une carence en glutathion: 

  • La présence d'une maladie chronique ou d'infections fréquentes
  • Une carence en magnésium 
  • Déficiences au niveau de l'encéphale (par exemple, crises d'épilepsie, retard mental, perte de coordination)

Le premier s’explique par le rôle du glutathion au sein de notre organisme. Il constitue la majeure partie du système de défense antioxydant du corps humain. Si l’on souffre d’une maladie, cela indique déjà que ce système de défense est potentiellement défaillant. Ensuite, en cas de maladie ou d’infection, le corps subit une production accrue de radicaux libres. Pour vaincre ces radicaux libres, l’organisme va alors utiliser une bonne partie de ses ressources, quitte à les épuiser. Créant par la suite une carence.

Le deuxième facteur s’articule autour du magnésium, un minéral important qui joue un rôle dans la production d’énergie cellulaire, des protéines et de l’ADN. Le magnésium est également un artisan de choix dans la synthèse du glutathion.  En cas de carence, il est alors possible de souffrir de faibles niveaux de glutathion, mais également de symptômes variés (crampes, anxiété, douleurs articulaires, constipation, migraines, fatigue, dépression…)

Le troisième facteur se distingue par le rôle d’épurateur du glutathion vis-à-vis du cerveau, l’aidant à combattre les radicaux libres. En cas de carence, le cerveau se retrouve “sans défense”, finit par s’épuiser et survient alors quelques déficiences.  

Comment éviter une carence

Il faut savoir que la production naturelle de glutathion par l’organisme diminue avec l’âge. De plus, le taux de glutathion dans l’organisme peut réduire selon l’environnement et notre mode de vie. 

Heureusement, il est possible de se supplémenter par l’alimentation ou par une cure spécifique.

Recharger ses réserves par l'alimentation

Une alimentation saine et équilibrée, de préférence riche en antioxydants, permet ainsi de pallier les besoins journaliers en glutathion.  

Ainsi, les sources naturelles de glutathion restent les fruits et les légumes, dont les asperges, les brocolis, les choux, les champignons, les avocats, les framboises, les pamplemousses, les bananes…  

On le retrouve également dans les poissons et les viandes qui contiennent les 3 acides aminés qui le composent (la glutamine, la glycine et la cystéine). 

Par ailleurs, en consommant moins de graisses transformées, il est possible de limiter les dégâts des radicaux libres. À cela s'ajoute, bien entendu, une hygiène de vie adaptée afin d’éviter le stress oxydatif. 

Une cure de glutathion liposomal

Parfois, une cure en glutathion peut néanmoins s’avérer nécessaire. Pour ce faire, il est préférable de s’orienter vers un glutathion liposomal qui est la forme la mieux assimilable. À prendre par voie orale, cette supplémentation permet de restaurer la réserve naturelle et de renforcer le système immunitaire de l’organisme. En cas de prévention, une dose de 300 mg de glutathion par jour peut suffire. En revanche, face à une pathologie, une dose de 600 mg est recommandée, sur avis médical.

Quelles sont les éventuelles contre-indications du Glutathion ?

À ce jour, il n’existe aucune contre indication notable concernant le glutathion. Cet anti-oxydant peut donc être consommé sans aucun danger. Attention, tout de même, pour les personnes asthmatiques, le glutathion inhalé peut provoquer un bronchospasme (diminution inopinée de la taille des bronches).

Avec un dosage contrôlé, qui respecte les recommandations, le glutathion ne cause aucun effet indésirable. Cependant, chez les enfants, il arrive très rarement que la consommation de glutathion par voie orale ou topique provoque une éruption cutanée et une irritabilité. 

Références :  

  1. Joseph Pizzorno - Glutathion ! - Intégr Med (Encinitas). 2014 février ; 13(1) : 8–12
  2. Saibal K Biswas, Irfan Rahman - Environmental toxicity, redox signaling and lung inflammation: the role of glutathione - Mol Aspects Med - Feb-Apr 2009 ; 30(1-2):60-76.
  3. Sinee Weschawalit, Siriwan Thongthip, Phanupong Phutrakool, and Pravit Asawanonda - Glutathione and its antiaging and antimelanogenic effects - Clin Cosmet Investig Dermatol -  2017 ; 10: 147–153.
  4. P Dentico, A Volpe, R Buongiorno, I Grattagliano, E Altomare, G Tantimonaco, G Scotto, R Sacco, O Schiraldi - [Glutathione in the treatment of chronic fatty liver diseases] - Recenti Prog Med - Jul-Aug 1995 ; 86(7-8):290-3.
  5. W Dröge, R Breitkreutz - Glutathione and immune function - Proc Nutr Soc - 2000 Nov ; 59(4):595-600.
  6. Carlo Perricone, Caterina De Carolis, Roberto Perricone - Glutathione: A key player in autoimmunity - Autoimmunity Reviews - 2009 - Volume 8, Issue 8, July 2009, Pages 697-701
  7. Ravinder J. Singh - Glutathione: A marker and antioxidant for aging -  VOLUME 140 -  DECEMBER 01, 2002 - ISSUE 6 : P380-381
  8. Jason Allen, Ryan D. Bradley - J Altern Complement Med - 2011 Sep ; 17(9): 827–833.
  9. Maria Dorotéia Borges-Santos, Fernando Moreto, Paulo Camara Pereira, Yong-Ming Yu - Plasma glutathione of HIV+ patients responded positively and differently to dietary supplementation with cysteine or glutamine - Nutrition - Jul 2012 ; 28 (7-8):753-6
  10. Yasushi Honda, Takaomi Kessoku, Yoshio Sumida, Takashi Kobayashi, Takayuki Kato, Yuji Ogawa, Wataru Tomeno, Kento Imajo, Koji Fujita, Masato Yoneda, Koshi Kataoka, Masataka Taguri, Takeharu Yamanaka, Yuya Seko, Saiyu Tanaka, Satoru Saito, Masafumi Ono, Satoshi Oeda, Yuichiro Eguchi, Wataru Aoi, Kenji Sato, Yoshito Itoh, and Atsushi Nakajima -  Efficacy of glutathione for the treatment of nonalcoholic fatty liver disease: an open-label, single-arm, multicenter, pilot study - BMC Gastroenterol. 2017; 17: 96.
  11. Ismail Hakki Kalkan and Murat Suher - The relationship between the level of glutathione, impairment of glucose metabolism and complications of diabetes mellitus - Pak J Med Sci - 2013 Jul-Aug ; 29(4): 938–942.
  12. Janet K. Kern - David A. Geier, James B. Adams, Carolyn R. Garver, Tapan Audhya and Mark R. Geier - A clinical trial of glutathione supplementation in autism spectrum disorders - Med Sci Monit - 2011 ; 17(12): CR677–CR682.

Produits associés :