Le stress peut-il provoquer une prise de poids ?

Le stress peut-il provoquer une prise de poids ?

Touchant près de 9 français sur 10, le stress est souvent désigné comme “le mal du XXIᵉ siècle” par certains scientifiques. Généralement accompagné de différents symptômes (vertiges, migraines, tensions musculaires…), le stress met tout l’organisme en alerte, aussi bien le corps que l’esprit.

Idée ancrée dans l’imaginaire collectif, stress et autres pensées négatives favoriseraient la prise de poids. N’est-ce qu'une simple spéculation ou à l’inverse une réalité ? Réponses dans cet article.

Le stress, qu'est-ce que c'est exactement ?

Plus qu’une simple sensation désagréable, le stress est un mécanisme psychologique naturel qui apparaît quand l’organisme est soumis à des contraintes. Face à ces entraves soudaines, le cerveau passe alors en mode “survie” et étudie deux options, prendre la fuite ou affronter la situation.

Introduite dans l’univers de la médecine en 1937 par le médecin Hans Selye, la notion de stress est multifactorielle. Elle peut provenir de facteurs héréditaires ou environnementaux (événements de la vie, contacts et relations sociales, éducation…), mais peut aussi être une prédisposition due à un trouble anxieux sous-jacent.

Le stress s'articule autour d’une petite région située au cœur du cerveau (l’hypothalamus) qui envoie un signal à la médullosurrénale, une partie centrale de la glande surrénale située au-dessus des reins. Cette glande libère alors une hormone, nommée l’adrénaline, qui va préparer l’organisme à une contre-offensive extrêmement rapide.

Cette réaction va engendrer une accélération du rythme cardiaque, de la respiration et une activation des plaquettes sanguines pour atténuer, en cas de blessures, la perte de sang.

Le bon et le mauvais stress

Le stress est habituellement représenté comme un ensemble négatif, nuisible pour la santé mentale et physique. Cependant, il en existe deux types, un qualifié de bon et l’autre de mauvais : 

  • Le stress aigu (le bon stress) : stress de courte durée (minutes ou heures) apparaissant lors d’un événement inhabituel, spécifique, déstabilisant ou menaçant (examen, déménagement, naissance, divorce, décès…). Il augmente la production d’hormones et mobilise les différents sens de l’être humain. Même s’il peut désorienter son hôte, il n’est pas dangereux pour l'organisme et disparaît une fois l'événement terminé.
  • Le stress chronique (le mauvais stress) : état de stress prolongé qui s’installe dans le temps (semaines ou mois). Il apparaît suite à une exposition prolongée ou bien répétée à plusieurs situations stressantes. Les hormones sont alors en sécrétions permanentes et les sens constamment mobilisés. Dans la durée, ce stress mène à l’épuisement de l'organisme, le fragilisant et le transformant en terrain propice pour le développement de maladies.

Fréquent au sein de notre société actuelle, l’épuisement professionnel (plus connu sous le nom de burn-out), est une sous-forme de stress avancé, ou plutôt une forme différente du stress chronique. Il est généralement causé par une surcharge de travail, un manque de reconnaissance, d’autonomie, de liens sociaux et de conflits professionnels.

La différence entre le stress, l’anxiété et l’angoisse

Souvent confondus à tort, le stress, l’anxiété et l’angoisse ne sont pas identiques. L'anxiété est considérée comme une peur permanente face à une situation particulière. À l’inverse, le stress est ponctuel et survient lors d’une tâche à accomplir ou d’un danger à braver. 

Quant à l’angoisse, elle est plutôt décrite comme plusieurs crises régulières, des malaises physiques et psychiques, face à un environnement méconnu. L’angoisse est un trouble à prendre très au sérieux et mérite parfois une prise en charge psychothérapique.

Symptômes et dangers du stress ?

Avec l’apparition du stress, plusieurs symptômes physiques, comportementaux et émotionnels distincts apparaissent. En voici une liste non exhaustive : 

  • Tensions musculaires
  • Problèmes digestifs et intestinaux
  • Troubles du sommeil (insomnies)
  • Manques d’appétit
  • Migraines
  • Vertiges
  • Fatigue
  • Etc.

Pour essayer de compenser au plus vite ces symptômes désagréables, de mauvaises habitudes apparaissent, comme les addictions (tabac, caféine, sucre, alcool ou drogues…), ou une tendance à s’isoler. Plus la situation empire, plus les difficultés à gérer les relations sociales ou amicales apparaissent. Suite à ces symptômes et en cas de stress chronique répété, le corps s’épuise, devenant davantage vulnérable à l’apparition de maladies :

  • Maladies cardiaques,
  • Pression artérielle élevée
  • Taux de cholestérol élevés, 
  • Diabète de type II
  • Dépression.
  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Sclérose en plaques
  • Vitiligo
  • Etc. 

Le stress peut-il provoquer une prise de poids ?

Lorsque que le stress apparaît, il est fréquent qu'une prise de poids l’accompagne.  Cependant, cette prise de poids, parfois déconcertante, s’articule différemment en fonction de la personne et de ce qu’elle ressent . 

  1. Premier cas : Lorsque l'organisme est soumis à un stress persistant, il devient sensible. Il veut alors se réconforter et va opter pour des aliments gras, sucrés ou salés. Vulgairement appelé "manger ses émotions”, ce lien émotionnel-pondéral est un mécanisme d'adaptation qui s’active lorsque certaines personnes utilisent la malbouffe pour atténuer le stress, la peur, la colère, l’ennui et la solitude. Ces aliments, souvent liés à notre petite enfance, remplissent notre estomac et atténuent nos émotions négatives, mais pendant une durée limitée. Dans une telle situation, la prise de poids est donc inévitable.
  2. Second cas : lorsque que l’organisme ressent le stress et par la même occasion de la peur, il va agir pour sa survie. En libérant de l’adrénaline, il va aussi produire de manière excessive du cortisol, une autre hormone produite par les glandes surrénales, pour conserver ses capacités énergétiques. L’organisme stocke alors des réserves de graisse pour répondre aux excès d’action et de production de nos hormones. De ce fait, le poids augmente.

Déjà impacté par le stress, le cortisol va également modifier le stockage du sucre, de l’eau et réduire la masse musculaire du corps. De ce fait, il va augmenter la faim, orienter ces besoins alimentaire vers la malbouffe et favoriser l’accumulation de graisse au niveau abdominal. Finalement, c'est un cercle vicieux, le stress engendre le cortisol, qui lui amorce l’appétit, en stockant par la même occasion des graisses et ainsi de suite. 

Quelles sont les solutions anti-stress ? 

Pour tenter de contrer le stress, plusieurs solutions différentes s’offrent à vous. Une d’elles est la pratique d’une activité sportive régulière, pour aérer l’esprit et se débarrasser des ondes négatives. La méditation et le yoga peuvent également aider à vider votre esprit, pour vous recentrer sur vous-même et sur vos priorités.

Enfin, il existe une alternative peu connue, mais très efficace : la prise de nutraceutique. Produit naturel, les nutraceutiques sont une association de plusieurs principes actifs, capable d’épauler le corps et l’esprit face aux différents obstacles qu’ils pourraient rencontrer.

Exemple parfait avec un produit des Laboratoires Solage, nommé Solazen. Ce produit a été conçu à partir de 4 éléments naturels :  

  • Le GABA (acide gamma-aminobutyrique) : neurotransmetteur inhibiteur présent dans le système nerveux. Il permet entre autres de freiner la transmission des signaux dans le système nerveux et de relaxer l’organisme.
  • La Rhodiola Rosea : Plante vivace dotée de vertus nutraceutiques grâce à  ses 140 actifs naturels. Parmi eux, la rosavine, un glycoside phénolique possédant propriétés antidépresseurs, adaptogènes et anxiolytiques.
  • La Scutellaria Baicalensis : Une plante de la famille des lamiacées, contenant de la baicaline. Un flavonoïde efficace en matière de relaxation et de soulagement.
  • La Vitamine B6 :  vitamine hydrosoluble qui intervient dans la synthèse de neurotransmetteurs, d'acides aminés et de globules rouges.

Solazen a la particularité d’agir sur le court terme en inhibant toutes sensations d'anxiétés dans l'organisme et sur le moyen terme en assurant un calme émotionnel de qualité et un sommeil réparateur

Références :

  1. The history of the Science of Stress: From Hans Selye to the discovery of anti-inflammatory medication - Sonia Lupien - Santé mentale au Québec - 2015 ; Volume 40, numéro 2, p. 275–286
  2. Overview of acute and chronic stress responses - Marie-Pierre Moisan, Michel Le Moa - Med Sci (Paris) - Juin–Juillet 2012 ; volume 28, Number 6-7, p.612-617
  3. Bon stress, mauvais stress et performance (La variabilité de la fréquence cardiaque) - Cungi C - Psychologie positive et bien-être au travail - 2012 ; 8 : 153-170) 
  4. Cooper, C. L. et Dewe, P. - Stress : A brief history - Malden, MA : Blackwell ; 2005
  5. Lauren Thau, Jayashree Gandhi, Sandeep Sharma - Physiology, Cortisol - StatPearls [Internet] ; September 6, 2021.
  6. Neil Schneiderman, Gail Ironson and Scott D. Siegel - STRESS AND HEALTH: Psychological, Behavioral, and Biological Determinants - Annu Rev Clin Psychol. 2005; 1: 607–628.
  7. Habib Yaribeygi, Yunes Panahi, Hedayat Sahraei, Thomas P. Johnston and Amirhossein Sahebkar - The impact of stress on body function: A review - EXCLI J - 2017; 16: 1057–1072.

Produits associés :