L’importance du fer pour la santé des femmes enceintes

Dans le doux balancement des mois de grossesse, chaque battement de cœur, chaque petite poussée, devient une symphonie de vie en devenir. Mais au cœur de cette magnifique aventure, il y a une nécessité souvent négligée, un élément qui assure la santé de la mère et de son précieux bébé : le fer !

Le fer, vital pour les futures mamans : le secret d'une grossesse en bonne santé

Imaginez une scène : un jardin en pleine floraison, chaque plante vibrant de vitalité. C’est ainsi que l’on pourrait décrire le corps d'une femme enceinte. Chaque cellule, chaque fibre, s'anime dans une danse magique pour créer et soutenir la vie en gestation !

Mais, comme dans tout jardin, il faut l’entretenir. Et le fer, c’est le nutriment clé qui garde le jardin de la maternité verdoyant et luxuriant.

La carence en fer concerne 20 à 25 % de la population mondiale, notamment les femmes en âge de procréer, en raison des pertes sanguines menstruelles.

Des besoins en fer qui augmentent chez les futures mamans ?

Physiologiquement, pendant la grossesse, les besoins en fer sont multipliés par 10. Les apports en fer augmentent considérablement pour répondre à la demande accrue de la mère et du fœtus. Une carence en fer entraîne une anémie et déclenche des conséquences graves pour la santé de la mère et du bébé.

Quelles sont les fonctions du fer, son importance chez la femme enceinte ?

Le fer est un oligoélément indispensable pour la production de l’hémoglobine, la protéine dans les globules rouges qui transporte l'oxygène des poumons vers toutes les cellules du corps.

Malgré son rôle crucial pour la santé, une étude menée en France, démontre que 32,8 % des femmes enceintes souffrent d’anémie. (4)

Les symptômes malicieux de l’anémie, durant la grossesse

Les symptômes de l'anémie ferriprive sont sournois et insidieux, s'infiltrant dans le quotidien d'une femme enceinte. La fatigue persistante, la faiblesse, les étourdissements et même les palpitations cardiaques semblent être des fardeaux inévitables de la grossesse. Toutefois, derrière ces symptômes se cache souvent une carence en fer non diagnostiquée.

C’est pourquoi, les futures mamans doivent surveiller leur taux de ferritine* (principale protéine de réserve du fer) et veiller sur leur apport en fer, dès le début de la grossesse.

La nécessité du fer, après post-partum

Pendant la grossesse, l'utérus se dilate pour accommoder la croissance du fœtus. Après l'accouchement, l'utérus commence à se contracter pour retrouver sa taille normale. Ces contractions aident à expulser le placenta et à resserrer les vaisseaux sanguins qui alimentaient le bébé. Mais, ces contractions peuvent aussi provoquer des saignements vaginaux…

Une perte de fer suite aux règles

Les règles post-partum, connues sous le nom de lochies, font référence aux saignements vaginaux qui surviennent après l'accouchement. Des saignements sont tout à fait normaux qui résultent du processus de guérison de l'utérus après la naissance du bébé !

À savoir, les règles post-partum sont généralement plus abondantes que les menstruations normales et peuvent durer de quelques jours à plusieurs semaines. Au début, rouge vif, puis plus foncées au fil du temps. D’ailleurs, pas de panique si vos saignements s’accompagnent de caillots de sang.

En quelques chiffres, on considère que :

Un flux léger correspond à une perte de sang de moins de 40 ml par jour. Un flux moyen entre 40 et 60 ml par jour. Enfin, un flux abondant, environ 80 ml par jour. Une étude a d’ailleurs démontré qu’une perte de sang de 40 ml par jour, génère une perte de 1,6 mg de fer. Les menstruations représentent un véritable impact sur le fonctionnement de l’organisme de la femme, suscitant un épuisement des réserves de fer.

Risque de dépression en post-partum, les risques de l’anémie ferriprive

Durant la période post-partum, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande une supplémentation en fer, réduisant ainsi le risque d’anémie. Par ailleurs, une étude sur 1200 femmes a montré qu’un faible statut en fer, en post-partum, était associé à un risque 1,7 fois plus élevé de dépression. Des modifications du métabolisme des hormones thyroïdiennes et de la fonction des neurotransmetteurs entrainant irritabilité, fatigue ou encore apathie. (5)

Satisfaire ses besoins en fer, c’est possible ?

Le fer dans l’alimentation

Dans l’alimentation, deux types de fer existent :

  • Le fer héminique : provenant de l’hémoglobine et la myoglobine des produits d’origines animales.
  • Le fer non-héminique : présent dans les aliments végétaux.

À savoir que la biodisponibilité du fer, issu de l’alimentation, a été estimée en moyenne à 14-18 % pour les régimes mixtes et à 5-12 % pour les régimes végétariens (plus susceptibles d’être carencées en fer).

Le fer liposomal, une solution pour aider les femmes et les futures mamans !

Solage a pensé à vous, futures mamans. Pas d’inquiétude avec le fer liposomal, plus aucune carence en fer à l’horizon !

Le fer liposomal est une révolution dans le domaine de la santé puisque la technologie du liposome assure un passage parfait de la barrière intestinale sans occasionner de problèmes digestifs. Une assimilation neuf fois supérieure à un comprimé ou une capsule de bisglycinate de fer et 390 fois supérieure au saccharate ferrique.

NOUS VOUS RECOMMANDONS
Fer liposomal liquide - 14mg

Formule liposomale liquide, multipliant par, 900 %  la biodisponibilité du fer en comparaison de l'association bisglycinate de fer + vitamine C. Supériorité mesurée lors d'une étude clinique.

 Première forme de complément de fer ultra-assimilable et sans effet secondaire, notamment digestif avec une action longue durée de 12h au lieu des 2 à 4 heures des autres compléments.

Sans excipient, sans conservateur, 100% Vegan. Cure de 30 jours à 5mL par jour.

Les risques d’une carence en fer

Une étude a d’ailleurs testé les réserves de fer de 32 femmes enceintes, pendant et après la grossesse (six mois après l’accouchement). Certaines d’entre elles recevaient du fer par voie orale, tandis que les autres ne percevaient aucune supplémentation en fer.

Résultat : les femmes recevant du fer maintenaient leurs réserves en fer durant la grossesse, même six mois après l’accouchement. Tandis que, les femmes sans traitement en fer, présentent de faibles valeurs de ferritine sérique avec une absence de réserve de fer au cours du dernier trimestre. Les conséquences sont flagrantes, six de ces seize femmes ont développé une anémie.

Le manque de fer, les conséquences sur le cerveau du bébé

Un déficit en fer provoque des risques immédiats sur le cerveau du fœtus. Durant le troisième trimestre de grossesse, si les apports en fer sont faibles chez la maman, une modification de la structure du cerveau néonatal apparaît. Notamment des altérations de la matière grise.

Une étude menée sur 300 enfants a d’ailleurs montré que des niveaux faibles de fer, pendant la grossesse, étaient associés à des problèmes de développement neurologique. (6) 

Alors, chères mamans, n'oubliez pas le pouvoir du fer dans votre voyage vers la maternité. Cultivez votre jardin intérieur avec amour et attention, en veillant à ce qu'il soit nourri de manière adéquate pour accueillir et soutenir la vie.

Références :

  1. Melissa F.Young, Brietta M. Oaks, Sonia Tandon, Reynaldo Matorell, Kathry, G.Dewey - hemoglobin concentrations across pregnancy and maternal and child health : a systemic review and meta-analysis - 2019 Apr 17, 30994929.
  2. A. Kinga Malinowski, MD MSc, Ally Murji, MD MSP - Carence en fer et anémie ferriprive durant la grossesse - 2021 Oct 4 - 34607851.
  3. J Puolaka, O Janne, A Pakarinen, P A Järvinen, R Vihko - Serum ferritin as a measure of iron stores during and after normal pregrancy with and without iron supplement - 6935911.
  4. Thierry Harvey, Asmaa Zkik, Marie Auges, Thierry Clavel - Assessment of iron deficiency and anemia in pregnant women : an observational French study - 2015 Dec 23, 26693881.
  5. Yuto Maeda, Kohei Ogawa, Naho Morisaki, Yoshiyuki Tachibana, Reiko Horikawa, Haruhiko Sago - Association between perinatal anemia and postpartum depression : A prospective cohort study of Japanese women - Jan 2020, 31556455.
  6. Tsunenobu Tamura, Robert L Goldenberg, Jinrong Hou, Kelley E Johnston, Suzanne P Cliver, Sharon L Ramey, Kathleen G Nelson - Cord serum ferritin concentrations and mental and psychomotor development of children at five years of age - 2002 Feb, 11865266.

Notre recommandation