Quel est le lien entre le stress et le cortisol ?

Quel est le lien entre le stress et le cortisol ?

Si le stress a mauvaise réputation, il s’agit pourtant d’une réponse normale de l'organisme et peut s’avérer utile dans certaines situations. En situation de stress, notre corps produit du cortisol, une hormone nécessaire au fonctionnement du corps humain, mais qui en excès s'avère négative. Dans cet article, nous vous proposons d’étudier quels sont les mécanismes du stress et quel est le lien entre le stress et le cortisol. Enfin, nous vous proposerons des solutions pratiques pour faire baisser le niveau de cortisol.

Le stress, un état qui touche de nombreux Français

Le stress est parfois appelé le “mal du siècle" et pour cause, 10 millions de Français déclarent souffrir de stress au quotidien. Cette tendance est d’autant plus marquée chez les jeunes de moins de 27 ans et chez les femmes. Mais qu’est-ce que le stress et quels sont ses mécanismes ? 

Le bon et le mauvais stress

Tout d’abord, il faut savoir que le stress n'est pas nécessairement mauvais : en effet, le stress est une réaction tout à fait naturelle et utile pour dynamiser notre organisme et nous permettre de résister physiquement ou mentalement lors d’une épreuve mentale ou sportive

Cependant, le stress devient néfaste quand il se prolonge longtemps sans être suivi par une phase de relaxation. On parle alors de mauvais stress, ou de détresse. Cet excès de stress peut ainsi être néfaste à long terme et entraîner différents dérèglements provoquant à leur tour des problèmes d'ordre physique et psychologique. 

En effet, les personnes souffrant de stress chronique ont un taux de cortisol élevé le soir, ce qui provoque dans la plupart des cas des troubles du sommeil. De plus, elles sont davantage susceptibles de développer des formes d'artériosclérose liées à l'hypertension, ce qui augmente le risque cardiovasculaire. Enfin, un excès chronique de cortisol affaiblit le système immunitaire et peut favoriser des maladies telles que l'ostéoporose.

Les différentes phases du stress

Le stress est un état cyclique, dont l'évolution peut être divisée en trois phases :

  1. La phase de vigilance ou d’alarme : l'organisme met en place les ressources nécessaires pour faire face à la situation de stress ;
  2. La résistance : lorsque la période de stress est prolongée. L'organisme rationne efficacement les ressources disponibles, libérant l'énergie accumulée sous forme de graisses grâce à l'action du cortisol, une hormone produite par la glande surrénale à l'instigation du cerveau, qui reste à des niveaux constamment élevés pendant cette phase. Cela entraîne ensuite une perte de poids. Cependant, au fur et à mesure que les ressources s'épuisent, un état de stress chronique s'installe progressivement ;
  3. L'épuisement : quand l’état de stress est prolongé en excès, les glandes surrénales ne peuvent plus sécréter la quantité nécessaire de cortisol, dont le taux chute jusqu'à l'épuisement. C'est un phénomène naturel lorsque la situation de stress devient insupportable, suivi d'un état de malaise physique et mental.

Qu’est-ce que le cortisol ?

De nombreuses fonctions dans l’organisme

Le cortisol est l'une des hormones impliquées dans les processus métaboliques des glucides, des graisses et des protéines. Les organes qui la produisent sont les glandes surrénales, situées au-dessus des reins.

Outre les réactions métaboliques, cette hormone sert à réguler la pression artérielle en la maintenant constante. Elle sert aussi à garder sous contrôle les concentrations de glucose dans le sang et, enfin, à réguler le système immunitaire

L’hormone du stress

Le cortisol est également appelé l'hormone du stress. En effet, lorsque nous sommes face à une situation stressante, la libération du cortisol entraîne une augmentation de la concentration de graisses dans le sang et une hausse de la glycémie, pour booster les niveaux d'énergie. 

En plus du cortisol, l'adrénaline et la noradrénaline sont également libérées dans l'organisme. Ces trois éléments, combinés, entraînent une augmentation de la pression artérielle qui est utile pour l’acuité intellectuelle et les performances physiques.  

On comprend alors mieux pourquoi le stress permet d’améliorer ses performances mentales et physiques. Une fois la phase de stress terminée, le corps se détend, ce qui constitue une étape essentielle pour éviter un état d'épuisement, comme nous l’avons vu précédemment. 

Cependant, chez les personnes souffrant de stress chronique ou de syndrome dépressif, la surproduction de cortisol crée une résistance et un dérèglement, pouvant avoir de nombreuses conséquences néfastes pour l’organisme. Étudions cela sans la suite de l'article. 

Quels sont les symptômes d’un niveau de cortisol élevé 

Habituellement, la concentration sanguine de cortisol suit le rythme circadien de l'organisme : elle augmente le matin pour atteindre son maximum et diminue progressivement au cours de la journée pour atteindre son minimum vers minuit.

En général, la surproduction de cortisol par l'organisme est associée au syndrome de Cushing. Or, des quantités supérieures à la normale de cette hormone dans le sang entraînent plusieurs symptômes dont les plus courants sont :

  • Hypertension artérielle
  • Alopécie
  • Faiblesse musculaire
  • Diminution du désir sexuel
  • Temps de cicatrisation plus long
  • Maux de tête
  • Immunodépression
  • Obésité

Chez les femmes, un taux élevé de cortisol peut entraîner des irrégularités dans le cycle menstruel, un hirsutisme et une réduction de la production de progestérone.

Peut-on faire baisser son niveau de cortisol ?

Oui, c'est possible et la meilleure façon de faire baisser le cortisol est d'adopter un mode de vie sain et équilibré et bien sûr de ne pas s’exposer en permanence à des situations stressantes. 

À cet effet, l'alimentation peut influencer la production de cortisol. En effet, il faut savoir que le cortisol est sécrété en plus grande quantité lorsque l'alimentation est riche en protéines. À l’inverse, un excès de glucides peut faire baisser, la libération de cette hormone, ce qui n’est pas non plus souhaitable, car il faut se rappeler l’utilité du cortisol pour l’organisme. 

C’est pourquoi pour maintenir un taux de cortisol stable, le rapport protéines/glucides doit toujours être équilibré.

Voici quelques enfin quelques conseils concrets à adopter au quotidien :

  • Réduisez votre consommation de substances excitantes, telles que la caféine. 
  • Faites de l'exercice, même modéré, tant qu'il est régulier et constant. 
  • Adoptez des techniques de relaxation , faites du yoga, de la méditation ou du pilates.
  • Dormez suffisamment, car le manque de sommeil peut affecter la production de cortisol. Si vous souffrez de troubles du sommeil, sachez qu’il existe des techniques de relaxation en pleine conscience ayant fait leur preuve pour s'endormir plus rapidement. 
  • Enfin, il existe des compléments alimentaires efficaces à cet effet : le magnésiumle safranle GABA pour ne citer qu’eux.

Conclusion 

Si le stress est utile, en excès, il perturbe la production de cortisol, entraînant à terme des effets délétères sur l’organisme. Heureusement, il existe des moyens pratiques pour faire baisser les niveaux de cortisol et retrouver un équilibre hormonal. Si vous souffrez de stress chronique et suspectez un dérèglement du cortisol, vous pouvez en parler à votre médecin traitant qui pourra alors vous prescrire des examens complémentaires pour vérifier les niveaux de cette hormone dans votre sang.

Références : 

  1. Mahmut Cay, Cihat Ucar, Deniz Senol, Furkan Cevirgen, Davut Ozbag, Zuhal Altay and Sedat Yildiz - Effect of increase in cortisol level due to stress in healthy young individuals on dynamic and static balance scores - North Clin Istanb - 2018; 5(4): 295–301.
  2. Eleonora Iob, Andrew Steptoe - Cardiovascular Disease and Hair Cortisol: a Novel Biomarker of Chronic Stress - Curr Cardiol Rep - 2019 - Aug 30 ; 21(10):116.
  3. Celia Roberts, Brigit McWade - Messengers of stress : Towards a cortisol sociology - Sociol Health Illn - 2021 May ; 43(4):895-909.
  4. Allan H Young - Cortisol in mood disorders - Stress - 2004 Dec ; 7 (4):205-8.
  5. Anuradha Batabyal, Anindita Bhattacharya, Maria Thaker, Shomen Mukherjee - A longitudinal study of perceived stress and cortisol responses in an undergraduate student population from India - June 4, 2021
  6. Kacper Nijakowski, Dawid Gruszczyński,Kacper Łaganowski, Jagoda Furmańczak, Alicja Brożek, Marcin Nowicki, Dorota Formanowicz and Anna Surdacka - Salivary Morning Cortisol as a Potential Predictor for High Academic Stress Level in Dental Students: A Preliminary Study - Int. J. Environ. Res. Public Health 2022, 19(5), 3132

Produits associés :

D'autres articles