La pratique du sport favorise-t-elle le stress oxydatif ?

La pratique du sport favorise-t-elle le stress oxydatif ?

Vous avez probablement déjà entendu dire que le stress oxydatif était responsable du vieillissement prématuré des cellules et d'un certain nombre de maladies. D'autre part, bien que tout le monde sache que le sport est bon pour la santé et que sa pratique soit, en conséquence, encouragée, il semble que, dans certains cas, elle serait aussi susceptible d'encourager l'apparition de radicaux libres. Revenons donc, dans les lignes qui suivent, sur le lien entre le sport et le stress oxydatif. 

Le stress oxydatif en clair 

La formation de radicaux libres 

Au niveau de la mitochondrie, un métabolite cellulaire qui utilise l'oxygène pour produire de l'énergie, 5 % de ce dernier génère des radicaux libres, dans le cadre naturel du processus d'oxydation des cellules. Ces molécules possèdent un électron en plus, ce qui crée une instabilité qui va devoir être corrigée. Pour cela, le radical libre va emprunter un électron à l'une des molécules qui l'entoure, la rendant alors instable à son tour et ainsi de suite. Pour arrêter cette réaction en chaîne, le corps possède une protection : les antioxydants comme le glutathion. Ceux-ci peuvent être fabriqués par l'organisme ou apportés par l'alimentation. 

Comment apparaît le stress oxydatif ? 

On parle de stress oxydatif lorsque la proportion de radicaux libres est trop importante par rapport à celle des antioxydants. Dans ce cas, l'organisme ne parvient plus à faire face. Ces radicaux libres vont alors être toxiques pour l'organisme et provoquer des dommages, visibles en particulier sur la peau. Les cellules vont être dégradées, aussi bien au niveau des tissus graisseux que des protéines. De plus, en cas de stress oxydatif, le système immunitaire est également touché, ce qui va réduire, entre autres, la résistance du corps aux agents pathogènes. 

Que se passe-t-il dans l'organisme lors d'un effort sportif ? 

Un apport d'oxygène accru 

Lors d'un effort sportif, la respiration s'accélère. Il s'agit d'une réaction normale de l'organisme qui doit requérir une plus grande énergie. Comme nous l'écrivions plus haut, ce sont les mitochondries qui vont la produire et, pour cela, elles ont besoin de plus d'oxygène. Elles envoient donc un message au cerveau pour que celui-ci accélère le processus respiratoire. Or, comme une partie de cet oxygène donne naturellement naissance à des radicaux libres, le sportif en action va forcément en créer plus. 

Le sport responsable du stress oxydatif ? 

Si le sportif est plus sujet à l'augmentation de radicaux libres dans son organisme, dans le cadre d'une progression physique bien menée, l'organisme s'adapte, en quelque sorte, en développant un système de défense permettant de neutraliser ces radicaux. Cependant, cela n'est possible que si l'athlète apporte suffisamment d'oligoéléments spécifiques à son corps, par le biais de son alimentation. En effet, ceux-ci sont indispensables à l'élimination des radicaux libres. 

Comment protéger le sportif du stress oxydatif ? 

Pour que le sportif ne soit pas sujet au stress oxydatif, il doit être attentif à respecter l'équilibre radicaux libres/éléments antioxydants. Pour cela, il doit mettre en place une alimentation qui comprend une proportion importante de ces derniers, éventuellement supplémentée avec des compléments alimentaires. Les molécules qui sont efficaces contre le stress oxydatif sont : 

  • La vitamine E qui va protéger les cellules graisseuses des radicaux libres. Les huiles végétales, les graines oléagineuses et l'avocat en sont particulièrement riches. 
  • Les caroténoïdes qui créent une synergie avec les différentes vitamines de l'organisme et aident celui-ci à se protéger du stress oxydatif. Ces molécules sont présentes dans les fruits et dans les légumes rouges, orange et jaunes. 
  • La vitamine C qui agit plus particulièrement sur les radicaux libres créés lors de l'oxydation du fer. Elle est particulièrement abondante dans les fruits et certains légumes comme les choux ou les poivrons, par exemple. 
  • Les flavonoïdes, que l'on trouve dans les légumes verts, les myrtilles et le cassis ou encore le chocolat. Ils piègent les radicaux libres issus de l'oxydation des lipides. 
  • Enfin, même si les oligoéléments comme le zinc, le cuivre et le sélénium ne sont pas, à proprement parler, des antioxydants, ils sont indispensables à l'activité enzymatique dont dépend le fonctionnement de ces derniers.

Si le sport favorise en effet la création de radicaux libres, du fait d'une demande accrue en oxygène par l'organisme, ceux-ci ne vont pas forcément déboucher sur du stress oxydatif. En apportant suffisamment d'éléments antioxydants à son organisme, le sportif aidera celui-ci à détruire les radicaux libres, ce qui contribuera à le garder en parfaite santé. 

 Références :

  1. Kelsey Fisher-Wellman and Richard J Bloomer - Acute exercise and oxidative stress: a 30 year history - Dynamic Medicine - January 2009 - volume 8, Article number : 1 
  2. Almira Hadžović - Džuvo, Amina Valjevac, Orhan Lepara, Samra Pjanić, Adnan Hadžimuratović and Amel Mekić - Oxidative stress status in elite athletes engaged in different sport disciplines - Bosn J Basic Med Sci - 2014 May ; 14(2): 56–62. 
  3. Alessandro Pingitore, Giuseppina Pace Pereira Lima, Francesca Mastorci, Alfredo Quinones, Giorgio Iervasi, Cristina Vassalle - Exercise and oxidative stress : potential effects of antioxidant dietary strategies in sports - Nutrition - 2015 Jul-Aug ; 31(7-8):916-22. 
  4. Stefania D'Angelo and Roberta Rosa - Oxidative stress and sport performance - Sport Science - April 2020 ; 13 (Supplement 1) : 18-22
  5. Simona-Pia Fagaras, Ileana-Monica Popovici and Liliana-Elisabeta Radu - The Relationship Between Physical Activity and
  6. Oxidative Stress in Athletes - BIOMEDICAL - December 2020 ; Volume 32 - Issue 4.

Produits associés :