Quelles sont les vertus de l’hibiscus face aux infections urinaires ?

Quelles sont les vertus de l’hibiscus face aux infections urinaires ?

Valorisé pour ses facultés alimentaires et médicinales, l’hibiscus est une plante pas comme les autres. Avec près d’une dizaine de variétés colorées (bleue, pourpre, jaune, rose, rouge, blanche…), l’hibiscus serait une solution efficace face aux infections urinaires.

Malgré sa grande popularité et les nombreux surnoms qu'elle s’est vu attribuer au fil du temps (rose de Chine,  fille des îles, oseille de Guinée…), l’hibiscus reste méconnu chez une grande partie des occidentaux. Alors, qu’est-ce que précisément l’hibiscus ?  et quelles sont ses vertus face aux infections urinaires ?

Qu’est-ce que l’hibiscus ? 

Plantes à fleurs annuelles ou vivaces, l'hibiscus fait partie de la très grande famille des Malvacées (comptant 4225 espèces, réparties en 244 genres). Originaires d'Égypte et d'Asie, l’hibiscus y est cultivé depuis la Haute Antiquité. Au départ utilisé comme plante d’ornement, pour la décoration, l’hibiscus s’est au fil des années démocratisé comme une fleur comestible, utile pour ses vertus médicinales et thérapeutiques.

C’est au 12e siècle, grâce à une population berbère nommée les Maures, que l’hibiscus fut importé en Europe. Véritable globe-trotter, cette plante à fleur a eu l'occasion de s'exporter dans divers pays d’Afrique (Guinée, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Bénin…), d’Asie (Chine, Corée du Sud, Malaisie, Thaïlande…) ou encore d’Amérique du Sud (Mexique, Chili, Paraguay…). Aujourd'hui, l’Hibiscus est plus largement présent dans toutes les parties tropicales et subtropicales du monde, notamment sur certaines îles du globe (Polynésie, Hawaï, Malaisie, Tahiti…). Malgré sa capacité adaptative et sa résistance étonnante (jusqu'à -20 degrés), elle est surtout présente dans les zones méditerranéennes d’Europe, là où le froid et le gel sont rares. 

Du grec “Hibiscos” qui se traduit par “guimauve” en français, l’hibiscus à l'apparence d’un petit arbuste, pouvant mesurer jusqu'à 3 m de hauteur et doté de magnifiques fleurs colorées, de 2 à 6 centimètres de diamètre.

Parmi les 200 espèces d'hibiscus existantes, l’hibiscus sabdariffa est sans aucun doute la plus populaire et la meilleure pour l’organisme. Cependant, elles ne sont pas toutes comestibles, alors faites attention.

Les vertus de l'hibiscus face aux infections urinaires ?

Surnommée plante au 1000 vertus, comme un certain épice orangé, l’hibiscus serait un atout de taille pour l'organisme humain. Riche en composés chimiques naturelles (anthocyanes, flavonoïdes, phytostérols et polysaccharide), la rose de Chine permettrait de  : 

  • Améliorer la circulation sanguine
  • Renforcer les défenses naturelles de l'organisme 
  • Agir positivement sur l’hypertension artérielle
  • lutter contre le stress oxydant (et les radicaux libre par la même occasion
  • Assainir la peau
  • Nettoyer et embellir le cuir chevelu 
  • Empêcher l’accumulation du gras dans le foie et réguler le niveau de glycémie
  • Maintenir le taux de cholestérol
  • Etc.

Cependant, la plus grande force de l’hibiscus reste son impact sur le système rénal et urinaire de l'organisme. Antiseptique urinaire et diurétique exceptionnel, l’hibiscus permettrait d’améliorer le confort urinaire global d’un individu. Mais comment ?

C’est assez simple… Dans un premier temps, l’hibiscus réduirait l’apparition de composés participant à la formation de calculs rénaux. Comme le démontre cette étude scientifique de 2012. Réalisée par des scientifiques, Reena Laikangbam et M Damayanti Devi, cette étude souhaitait démontrer “L’Inhibition du dépôt de cristaux d'oxalate de calcium sur les reins de rats urolithiatiques par l'extrait d'Hibiscus sabdariffa L.”. Après des semaines d’étude, la conclusion des scientifiques est unanime : l’Hibiscus sabdariffa L est doté d'une activité anti-urolithiatique et n'a pas d'effets génotoxiques.

L’hibiscus, plus précisément la boisson à base d’hibiscus, serait également utile pour réduire l’impact des infections urinaires, comme le justifie cette étude de 2016, réalisée par 7 scientifiques d'origines chinoises. Autre atout important de l’oseille de Guinée, sa capacité à prévenir le risque de cystite récidivante chez la femme, plus facilement exposable à ce genre d’infection, notamment à cause d’une bactérie nommée l’Escherichia coli. Encore une fois, cette capacité si précieuse dont bénéficie l’hibiscus à été prouvé par une étude complète et détaillée, réalisée par le scientifique F.A. Allaert

Tout cela est possible grâce aux nombreux composés chimiques naturels présents dans l’hibiscus : les anthocyanines, les proanthocyanines, les polysaccharides ou encore les acides organiques. Ils sont d'ailleurs utilisés et prisés, comme l'hibiscus, dans le domaine des nutraceutiques.

L’hibiscus : un atout naturel pour les nutraceutiques

L’une des autres grandes forces de la fleur d’hibiscus, mis à part ses vertus naturelles décryptées il y a quelques instants, est sa large panoplie de consommation. Déclinable sous plusieurs formes, il est possible de l’utiliser dans le domaine culinaire, en le mixant pour parsemer ses plats. Pour la collation, il est également possible de faire infuser dans du liquide (sirop, lait, thé…) ou encore le consommer comme complément nutraceutique, en gélules.

Élaborés par des laboratoires spécialisés, les nutraceutiques sont un plus non négligeable pour la santé, et s'adaptent parfaitement à votre organisme. C’est le cas des compléments du Laboratoire Solage et de son produit nommé, Solberry. Conçu à partir de Canneberge (500 mg) de vitamine C (180 mg) et bien évidement d’Hibiscus (200 mg), Solberry à pour mission d'empêcher la prolifération des bactéries nocives et de limiter la capacité de ces dernières à se fixer aux cellules des voies urinaires.

Solberry des laboratoires Solage contient un extrait d’Hibiscus breveté de qualité scientifiquement démontrée.

Appelé UTIrose™, l’extrait d’hibiscus utilisé par les laboratoires Solage est un extrait breveté, standardisé en principes actifs protecteurs. Il a pour spécificité d’agir en empêchant la prolifération de bactéries nocives, telles que l’E. Coli ou encore le C. Albicans. Plus précisément, cet extrait d’hibiscus est standardisé à plus de 40 % d’acides organiques, plus de 5 % de sambubiosides (notamment l’hibiscine) et plus de 45% de phénols. L’efficacité d’UTIrose™ a d’ailleurs été démontrée dans une étude mettant en scène cette triple standardisation face à des placebos. Il permettait de réduire de 77% le risque d’infection urinaire. 

Le second extrait de Solberry, nommé Pacran®, a été obtenu à partir du fruit entier de la canneberge, cela comprend alors sa peau, son jus, ses graines et sa pulpe avec la fraction de fibres. Plusieurs fois breveté, cet élément naturel a été testé et comparé face à d'autres extraits, eux aussi riches en proanthocyanidines (PACs). Le PACs est un composé naturel présent dans les végétaux. C’est notamment grâce à lui que certains fruits et légumes sont dotés d’un haut taux d’antioxydant. La grande force du Pacran® est sa durée d’efficacité, qui s’étend pendant près de 24 h, là où ses concurrents ne sont actifs que 6 à 9h dans l’organisme.

Contre-indication à connaître

Concernant l’hibiscus, il n’existe pas de contre-indications. Malgré tout, si elle est prise en très grande quantité pendant une grossesse, l’infusion d’hibiscus est nocive pour le foie. Quant à Solberry, si le produit est utilisé à la dose indiqué, il ne provoque aucun effet secondaire

Références : 

  1. Antonio Guglietta - Recurrent urinary tract infections in women: risk factors, etiology, pathogenesis and prophylaxis - Future Microbiol - 2017 Mar ; 12 : 239-246.
  2. Leocadio Rodriguez-Mañas - Urinary tract infections in the elderly: a review of disease characteristics and current treatment options - Drugs Context - 2020 Jul 8 ; 9 :2020-4-13.
  3. Tommaso Cai, Umberto Anceschi, Irene Tamanini, Serena Migno, Michele Rizzo, Giovanni Liguori, Alejandro Garcia-Larrosa, Alessandro Palmieri, Paolo Verze, Vincenzo Mirone, Truls E Bjerklund Johansen - Xyloglucan, Hibiscus and Propolis in the Management of Uncomplicated Lower Urinary Tract Infections: A Systematic Review and Meta-Analysis -  Antibiotics (Basel) - 2021 Dec 23 ; 11(1):14. 
  4. Mina Cheraghi Nirumand, Marziyeh Hajialyani, Roja Rahimi, Mohammad Hosein Farzaei, Stéphane Zingue, Seyed Mohammad Nabavi, Anupam Bishayee - Dietary Plants for the Prevention and Management of Kidney Stones: Preclinical and Clinical Evidence and Molecular Mechanisms - Int J Mol - 2018 Mar 7 ; 19(3):765.
  5. Tia D Jeffery, Matthew L Richardson - A review of the effectiveness of hibiscus for treatment of metabolic syndrome - J Ethnopharmacol - 2021 Apr 24 ; 270:113762.
  6. Shun-Ting Chou, Hsin-Yi Lo, Chia-Cheng Li, Lu-Chen Cheng, Pei-Chi Chou, Yu-Chen Lee, Tin-Yun Ho, Chien-Yun Hsiang - Exploring the effect and mechanism of Hibiscus sabdariffa on urinary tract infection and experimental renal inflammation
  7. Riccardo Milandri, Matteo Maltagliati, Tommaso Bocchialini, Chiara Del Prete, Giampaolo Bianchi, Bernardo M Rocco, Salvatore Micali - Effectiveness of D-mannose, Hibiscus sabdariffa and Lactobacillus plantarum therapy in prevention of infectious events following urodynamic study - Urologia - 2019 Aug ; 86(3):122-125
  8. Fraile B, Alcover J, Royuela M, Rodríguez D, Chaves C, Palacios R, Piqué N - Xyloglucan, hibiscus and propolis for the prevention of urinary tract infections: results of in vitro studies - Future Microbiology - 27 Mar 2017 ; 12:721-731

Produits associés :

D'autres articles